L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    

    Etudes

    Une majorité de Français favorable à l'utilisation de l'intelligence artificielle en santé

    PARIS (TICpharma) - Une large majorité de Français (76%) estime que l'intelligence artificielle (IA) et les nouvelles technologies dans le domaine de la santé peuvent être utiles pour les personnes fragiles ou souffrant d'une affection particulière, selon les résultat d'un sondage OpinionWay pour le cabinet Mazars dévoilés le 6 mars.

    Cette étude* intitulée "Les Français et la prévention augmentée" a été réalisée dans le cadre de la première édition du salon "Santé pour tous", organisé par l'association médecine pour tous (AMT) du vendredi 9 au dimanche 11 mars à l'Espace Champerret à Paris.

    Ses résultats montrent que 61% des Français estiment que les nouvelles technologies et l'IA permettent de faire davantage attention à sa santé.

    Ils considèrent qu'elles permettraient un suivi et des recommandations personnalisées (74%), qu'elles pourraient sauver des vies (74%), et qu'elles constituent une réponse aux problèmes du système de santé comme les déserts médicaux (67%).

    A noter toutefois que les sondés restent vigilants sur les dangers du recours à ces technologies. Ils sont 60% à penser qu'elles sont une menace pour la vie privée et 45% à estimer qu'elles sont une menace pour le travail des médecins.

    "Les Français font largement confiance aux professionnels de santé, en particulier au médecin traitant. Ils veulent garder le côté humain du médecin, mais sont ouverts à l'utilisation des techniques digitales, même si des garde-fous doivent s'imposer", a relevé William Bottaro, associé chez Mazars au pôle santé/médico-social, lors de la présentation à la presse de ces résultats.

    "Il n'y a pas de réticence a priori des Français à l'utilisation de l'intelligence artificielle, que ce soit en amont, pour mieux prévenir les maladies, ou en aval, pour mieux prendre soin de sa santé après une hospitalisation par exemple", a-t-il souligné.

    Interrogés sur les différents usages des technologies, la majorité des sondés se sont dit prêts à consulter un dossier médical centralisé en ligne (69%), à suivre un programme de suivi personnalisé sur une application mobile (54%) et à transmettre en direct des données à des professionnels de santé (53%).

    La moitié des répondants sont également prêts à recourir aux logiciels d'IA pour interpréter des données médicales, avec une part plus forte chez les 18-24 ans (65%).

    Ils sont 49% à accepter d'avoir recours à un programme de médecine prédictive capable d'évaluer leur espérance de vie et de formaliser des recommandations.

    "Evolution des mentalités"

    Un tiers des Français (33%) se montrent en outre prêts à effectuer une consultation médicale à distance via une plateforme marchande comme Amazon, selon les résultats du sondage.

    Cette proportion est légèrement plus forte chez les hommes (36%) et chez les 18-24 ans (48%), note-t-on.

    "Nous avons été surpris par ces chiffres", a déclaré William Bottaro. Ils traduisent "une évolution des mœurs, des mentalités, du rapport des Français à la santé, et une certaine ouverture aux nouvelles technologies et au digital", a-t-il poursuivi.

    Les personnes interrogées restent plus nombreuses à se déclarées prêtes à recourir à la téléconsultation lorsque celle-ci est réalisée dans une structure de santé (66%), devant le recours à une plateforme de conversation vidéo à distance (45%) ou à une application mobile sur smartphone ou tablette (39%).

    *Etude menée du 31 janvier au 1er février 2018 via un questionnaire auto-administré en ligne auprès d'un échantillon de 1.010 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

    Raphael Moreaux

    À suivre

    Insuffisance respiratoire: SRETT vise les 300.000 patients télésuivis en 2018

    Acteurs

    Le futur patron de Novartis promet une "révolution de productivité" grâce au digital

    LONDRES (TICpharma) - Novartis entend mettre en œuvre une "révolution de productivité" qui lui permettra de réduire de 20% à 25% ses coûts d'essais cliniques grâce à l'utilisation du digital, a affirmé à des analystes le futur directeur général du n°1 mondial, Vasant Narasimhan, selon des propos rapportés par le Financial Times le 26 septembre.

    0 163

    Politique

    "Grand plan d'investissement": jackpot pour la transformation numérique de la santé

    PARIS (TICpharma) - Une large part des 5 milliards d'euros accordés à la santé au sein du "grand plan d'investissement" 2018-2022 dévoilé le 25 septembre seront tournés vers le numérique, avec des initiatives annoncées en matière de télémédecine, de recours à l'intelligence artificielle et d'informatisation des établissements de santé.

    0 204

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    3 + 5 =