L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    

    Politique

    Les données de santé et l'IA parmi les priorités du nouveau CSF industrie et technologies de santé

    PARIS (TICpharma) - Reconduit le 26 février par le Conseil national de l'industrie (CNI), le comité stratégique de filière (CSF) industries et technologies de santé, désormais présidé par Jean-Luc Bélingard, a dévoilé ses nouvelles priorités parmi lesquelles la structuration du secteur des données de santé et le développement de l'intelligence artificielle (IA).

    Le premier ministre, Edouard Philippe, avait souhaité en novembre 2017 un resserrement des objectifs du CNI avec un audit des 14 CSF pour donner une "nouvelle impulsion". La réunion du 26 février était la première depuis cette annonce; la prochaine est programmée le 28 mai.

    Maintenu parmi 10 autres comités, le CSF industries et technologies de santé sera désormais présidé par Jean-Luc Bélingard, président de la Fédération française des industries de santé (Fefis).

    Parmi les "projets structurants" cités pour le CSF, il est mentionné la "structuration d'un secteur des données de santé" (montée en puissance de l'Institut national des données de santé -INDS-, développement de l'intelligence artificielle en santé) et le "développement de l'innovation en santé" (en favorisant les collaborations public/privé, en simplifiant les dispositifs d’autorisation d’utilisation précoce pour les innovations très prometteuses et en retrouvant le deuxième rang européen en matière d’essais cliniques via une optimisation de la chaîne règlementaire).

    Le G5 santé, présidé par Marc de Garidel, s'est félicité dans un communiqué le 26 février de la reconduction du CSF santé comme d'une preuve du "caractère stratégique de la filière".

    Fonds européen de 2,5 milliards d'euros

    Concernant le financement du CNI, le ministre de l'économie et des finances, Bruno Le Maire, a plaidé pour que les pays de l'UE se dotent d'un fonds pour l'innovation de rupture afin de garantir sa souveraineté technologique, lors d'une conférence de presse le 26 février.

    Le fonds pour l'innovation de rupture de la France "doit être la préfiguration d'un fonds pour l'innovation de rupture au niveau européen" représentant un montant d'"environ 2 à 2,5 milliards d'euros", a déclaré Bruno Le Maire, soulignant qu'"en matière de transports, d'autonomie, de stockage des énergies renouvelables, de supercalculateurs, d'intelligence artificielle et d'espace, il est temps que l'Europe se dote des moyens de sa puissance et de sa souveraineté technologiques".

    Le ministre avait déjà lancé l'idée d'un tel fonds européen lors d'une rencontre avec la presse organisée par l'Association des journalistes économiques et financiers (Ajef) en octobre 2017.

    Plus largement, la "nouvelle impulsion" donnée lors de la réunion du CNI s'est traduite par une feuille de route mettant en avant deux "missions": l'ancrage dans une stratégie européenne industrielle et une réflexion sur la fiscalité de la production.

    La Rédaction
    redaction@ticpharma.com

    À suivre

    Les start-up d'e-santé crient haro sur l'extension du "décret Montebourg"

    Etudes

    Quelle place pour la France dans la course internationale vers l'e-santé?

    PARIS (TICpharma) - Alors que beaucoup d'autorités de régulation et de gouvernements ont adopté des plans d'actions assortis d'importants investissements pour développer l'e-santé, la France semble tiraillée entre une "volonté politique manifeste" et un "manque de moyens", a constaté le Syntec numérique dans une étude comparant les stratégies déployées à l'international, menée avec le cabinet SIA Partners.

    0 276

    Acteurs

    Le futur patron de Novartis promet une "révolution de productivité" grâce au digital

    LONDRES (TICpharma) - Novartis entend mettre en œuvre une "révolution de productivité" qui lui permettra de réduire de 20% à 25% ses coûts d'essais cliniques grâce à l'utilisation du digital, a affirmé à des analystes le futur directeur général du n°1 mondial, Vasant Narasimhan, selon des propos rapportés par le Financial Times le 26 septembre.

    0 163

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    2 + 4 =