L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Solutions

    La start-up Owkin s'allie à des partenaires hospitaliers pour appliquer l'IA à la recherche médicale

    PARIS (TICpharma) - La start-up Owkin, qui a annoncé mardi 16 janvier une levée de fonds de près de 9 millions d'euros, souhaite multiplier en 2018 les partenariats avec les établissements de santé pour mettre ses outils d'intelligence artificielle (IA) au service de la recherche médicale, a expliqué à TICpharma l'un de ses cofondateurs, Gilles Wainrib.

    Créée en septembre 2016, Owkin a développé la plateforme logicielle Owkin Socrates permettant à ses utilisateurs de construire des algorithmes de machine learning (ou "apprentissage automatique") pour trouver des corrélations entre des données médicales (textes issus de dossiers médicaux, imageries, données génétiques, etc.) et certains phénotypes cliniques.

    Elle a annoncé mardi une levée de fonds d'11 millions de dollars menée par le fonds d'investissement Otium Venture aux côtés de Cathay Innovation, Plug and Play et NJF Capital.

    Ces financements doivent permettre à l'entreprise de renforcer sa plateforme logicielle, de développer ses équipes (à l'heure actuelle réparties en New York et Paris) et d'augmenter sa présence à l'international en signant des partenariats avec des établissements et des industriels de santé.

    Le recours aux outils d'intelligence artificielle doit permettre de "prédire les effets d'un traitement", de "découvrir de nouveaux biomarqueurs et cibles thérapeutiques", d'"anticiper au mieux les évolutions des pathologies" et d'avoir "une approche plus précise de la recherche clinique dans une logique d'échange entre les données des essais cliniques et la vie réelle", a énuméré Gilles Wainrib.

    Concrètement, les chercheurs peuvent, depuis la plateforme Owkin Socrates et "sans avoir besoin de coder quoi que ce soit", sélectionner des données médicales dont ils disposent et préciser les phénotypes cliniques qu'ils souhaitent prédire, pour construire et entraîner un algorithme d'IA, a-t-il expliqué.

    L'originalité de l'offre d'Owkin réside dans le fait qu'elle ne nécessite pas de migrer ses données dans le cloud pour engager un traitement. "Les données ne sortent jamais des hôpitaux. Nous amenons nous-mêmes les serveurs et l'infrastructure nécessaire pour leur traitement. Cela permet d'assurer une sécurité et une confidentialité maximale de ces informations", a mis en avant Gilles Wainrib.

    L'élaboration d'algorithmes d'IA performants requiert une masse importante de données d'entraînement. Pour "contourner" la problématique de l'agrégation de données issues de différents établissements, Owkin a recours à une technologie dite de transfer learning, ou "apprentissage fédéré".

    "L'idée est de pouvoir démarrer un apprentissage dans un centre à Paris par exemple, puis de 'transporter' l'algorithme ainsi développé dans un autre établissement pour poursuivre son entraînement", a détaillé le cofondateur d'Owkin. "Cela permet de faire du big data, d'avoir des projets à très grande échelle sans que jamais aucune donnée ne soit transférée en dehors de l'établissement qui l'a générée", a-t-il poursuivi.

    Plusieurs CLCC déjà partenaires

    La start-up Owkin a déjà signé des partenariats avec l'Institut Curie à Paris et le centre de lutte contre le cancer (CLCC) Léon-Bérard à Lyon. Avec ce dernier, il travaille actuellement à la construction d'algorithmes de prédiction du mésothéliome (cancer de la plèvre), a indiqué Gilles Wainrib.

    La société devrait annoncer "courant 2018" la signature de nouveaux partenariats avec trois CLCC en France, et deux aux Etats-Unis, a-t-il ajouté.

    Dans le cadre de ces partenariats, l'utilisation de la plateforme logicielle Owkin Socrates est gratuite pour les établissements de santé.

    Elle est en revanche payante, sous forme de licence, pour les industriels de santé qui souhaitent avoir recours aux outils d'IA pour la découverte et le développement de nouvelles molécules. Les laboratoires Amgen et Actelion (groupe Johnson & Johnson) sont déjà clients d'Owkin.

    Gilles Wainrib, enseignant-chercheur en informatique et en mathématiques appliquées passé par l'école Polytechnique, l'université de Stanford aux Etats-Unis et l'Ecole normale supérieure (ENS) à Paris, a fondé Owkin avec Thomas Clozel, médecin hématologue et ancien chef de clinique à l'hôpital Henri-Mondor (Assistance publique-hôpitaux de Paris -AP-HP).

    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    Insuffisance respiratoire: SRETT vise les 300.000 patients télésuivis en 2018

    Acteurs

    L'intelligence artificielle en guest star à la Paris Healthcare Week 2018

    PARIS (TICpharma) - Les technologies d'intelligence artificielle (IA), leur utilisation et leurs impacts sur le système de santé ont été analysés par plusieurs représentants du secteur, start-up ou grands groupes, lors du salon Healthcare IT (HIT) organisé du 29 au 31 mai dans le cadre de la Paris Healthcare Week.

    0 636

    Acteurs

    L'Inserm et la start-up Owkin s'associent pour booster la recherche en intelligence artificielle

    PARIS (TICpharma) - L'Inserm et la start-up Owkin, spécialisée dans le machine learning appliqué à la recherche médicale, ont noué un accord permettant aux chercheurs de l'institut d'utiliser le logiciel d'intelligence artificielle (IA) développé par la jeune pousse.

    0 654

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    4 + 8 =