L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Politique

    Intelligence artificielle: le gouvernement promet des moyens humains et financiers en 2018

    PARIS (TICpharma) - Le gouvernement consacrera des moyens humains et financiers en 2018 à la mise en oeuvre d'une stratégie nationale sur l'intelligence artificielle (IA), sur la base du rapport de la mission Villani, a indiqué mercredi le secrétaire d'Etat en charge du numérique, Mounir Mahjoubi, lors d'une conférence de presse.

    Il s'exprimait à l'occasion d'un point à mi-parcours sur la mission sur l'IA confiée en septembre au mathématicien et député Cédric Villani (LREM, Essonne) (voir dépêche du 11 septembre 2017).

    Selon Mounir Mahjoubi, les orientations qui seront proposées par la mission permettront au gouvernement de proposer une stratégie nationale "qui se traduira par des moyens humains, par des moyens financiers, par une organisation de l'Etat, par des décisions qui devront nous engager pour les années à venir et qui devront, au niveau français et européen, tracer un chemin efficace sur l'IA".

    Des annonces, notamment dans le domaine jugé prioritaire de la santé, devraient intervenir au premier trimestre 2018.

    Mounir Mahjoubi a indiqué qu'outre la mission Villani, la stratégie nationale serait nourrie par les réflexions de la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) sur les enjeux éthiques soulevés par les algorithmes. Les conclusions de ces travaux doivent être remises au secrétaire d'Etat dans "quelques jours".

    "Nous ne sommes plus dans la phase où l'on pose des questions sur l'IA. 2018, c'est l'année où l'on va faire des choses sur l'IA, où l'on va s'engager pour le long terme", a déclaré Mounir Mahjoubi, sans se positionner sur le montant de l'enveloppe financière qui sera allouée.

    La future stratégie nationale pourra se décliner aux niveaux législatifs et réglementaires, mais il faudra aussi des programmes et des changements culturels, a prévenu Cédric Villani.

    La mission pilotée par le député-mathématicien, qui a déjà auditionné 250 personnes en trois mois, doit rendre son rapport final fin janvier/début février 2018. Plus de 600 demandes d'audition ont été reçues, dont certaines ont été placées sur liste d'attente. Une plateforme numérique sera mise en ligne la semaine prochaine pour déposer des contributions.

    Les travaux se basent notamment sur un rapport de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) et sur le rapport FranceIA, tous deux publiés en mars.

    Lancée en janvier par le précédent gouvernement, l'initiative FranceIA devait permettre de contribuer à définir les grandes orientations de la France en matière d’IA. Des groupes de travail ont été mis en place et ont conduit au rapport rendu en mars, qui contient une cinquantaine de propositions.

    Si de premières réalisations ont vu le jour, aucune vraie stratégie n'a été mise en oeuvre. Car FranceIA est arrivé en fin de quinquennat, une période peu propice pour mobiliser des moyens, a pointé Mounir Mahjoubi.

    Affiner les diagnostics et faire des propositions concrètes

    Les nouveaux travaux de Cédric Villani ont "pour vocation d'affiner les diagnostics, expliciter les questions et ensuite proposer des actions concrètes au gouvernement", a expliqué le mathématicien lauréat de la médaille Fields en 2010.

    La mission a commencé à travailler sur la gouvernance et le financement de la future stratégie nationale mais, sur ce dernier point, elle avance avec prudence car certains aspects sont difficiles à chiffrer et dépendent du périmètre pris en compte.

    Cédric Villani a noté que la Finlande allait investir 100 millions d'euros par an dans l'IA, un pays dont l'économie pèse pour environ 10% de celle de la France. "A l'échelle de l'Europe, il faudra un effort de plusieurs dizaines de milliards, peut-être 40 milliards" de fonds publics et privés, pour rivaliser sur la scène internationale, a-t-il observé.

    Au bout de trois mois de travail, la mission Villani a abouti à six grands constats (voir encadré ci-dessous), sur lesquels il s'agira de travailler pour "repositionner la France et l'Europe au premier plan [des] transformations [apportées par l'IA] et en saisir les opportunités", est-il indiqué dans un document remis à la presse.

    En matière de santé, Cédric Villani a déjà dévoilé fin octobre ses premières pistes de réflexion (voir dépêche du 23 octobre 2017).

    Les six axes de réflexion identifiés par la mission Villani
    • Mener une politique industrielle et économique innovante et ambitieuse
    • Construire une politique de la donnée adaptée aux enjeux de l'IA
    • Anticiper et maîtriser les impacts de l'IA sur le travail et l'emploi
    • L'IA au service d'une économie soutenable et écologique
    • Etablir un cadre éthique et de confiance pour le développement de l'IA
    • Un écosystème pour une recherche agile et diffusante

    Cédric Villani et Mounir Mahjoubi ont expliqué avoir échangé sur le départ des "talents" français de l'IA à l'étranger, la question de la disponibilité des données et le rôle de l'Etat dans la structuration du secteur.

    Pour le député, l'un des grands objectifs sera de bien expliquer l'IA au grand public, afin que tous puissent se l'approprier, alors que le secteur s'est construit autour d'"imaginaires négatifs" (dépassement de l'intelligence humaine, prise d'indépendance des machines, etc.).

    "Il faut agir très vite, parce que la course est lancée, mais il ne faut pas agir trop vite non plus, parce que si on se précipite, on risque de se retrouver dans des pièges de débat public ou de faire des choix qui se retrouvent ne pas être les bons", a déclaré Cédric Villani.

    Vers des écosystèmes IA?

    En matière de politique industrielle et économique, la mission Villani a identifié quatre secteurs clés (santé, transports, environnement et sécurité/défense), pour lesquels elle préconise que la puissance publique agisse comme moteur pour l'émergence et la structuration d'écosystèmes.

    Les cadres juridiques et réglementaires devront être adaptés et des procédures de labellisation et de certification envisagées.

    La mission souhaite aussi favoriser une ouverture large des données et la constitution d'écosystèmes autour de la donnée, tout en assurant de nouvelles protections pour les individus, afin de garantir la "confiance" du grand public.

    Cédric Villani a indiqué que la question de l'IA pourra être abordée à l'occasion de la révision de la loi de bioéthique, en 2018. Il a ajouté que la formation devra être développée pour permettre aux salariés des différents secteurs de disposer de doubles compétences (IA et santé, IA et transports, etc.).

    Côté recherche, la mission prône la constitution d'un écosystème plus favorable, avec une plus forte porosité public/privé et France/étranger, ainsi qu'un assouplissement des contraintes administratives.

    Guillaume Bietry

    À suivre

    Identification des produits de santé: la donnée au cœur des nouveaux impératifs réglementaires

    https://www.healthandtech.eu/fr/htifp/

    Politique

    La médecine sera "extrêmement examinée" par la mission Villani sur l'intelligence artificielle

    PARIS (TICpharma) - La médecine fera partie des domaines qui seront "extrêmement examinés" dans le cadre de la mission "stratégie nationale sur l'intelligence artificielle" confiée par Matignon au mathématicien et député LREM de l'Essonne Cédric Villani, a-t-il indiqué à TICpharma, à l'occasion du lancement officiel de la mission vendredi au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam).

    0 219

    Etudes

    Le grand public prêt à recourir à l'intelligence artificielle pour sa santé (étude PwC)

    PARIS (TICpharma) - Une majorité (55%) de personnes interrogées dans 12 pays se disent prêtes à avoir recours aux technologies robotiques et à l'intelligence artificielle (IA) pour prendre soin de leur santé, selon une étude du cabinet de conseil et d'audit PwC publiée en avril.

    0 137

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    7 + 2 =