L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Unicancer s'allie avec AstraZeneca pour construire une base de données sur le cancer du poumon

    PARIS, COURBEVOIE (Hauts-de-Seine) (TICpharma) - La fédération des centres de lutte contre le cancer (CLCC) Unicancer et le laboratoire AstraZeneca ont annoncé le 6 novembre dans un communiqué la signature d'un nouveau partenariat pour rassembler des données de vie réelle dans le cancer du poumon.

    Il s'agit de bâtir une nouvelle plateforme nationale dite ESME, pour "épidémio-stratégie médico-économique", dans la foulée des bases déjà mises en place par Unicancer.

    Le programme ESME a été lancé en juillet 2014 par Unicancer et vise à centraliser des données de vie réelle de patients traités pour un cancer en France, pour générer des connaissances supplémentaires autres que les informations issues des essais cliniques.

    Il concerne notamment les données issues des dossiers patients informatisés, des données de dispensation et des données relatives aux séjours hospitaliers des patients dans les CLCC.

    Des partenariat ont été noués avec AstraZeneca, Roche, Pierre Fabre et Pfizer, initialement afin de rassembler des informations sur les patientes atteintes d'un cancer du sein métastatique.

    Avec AstraZeneca, ce partenariat a permis de décrire en 2016 les caractéristiques et les différentes stratégies de soin de plus de 16.000 patientes, dont plus de 12.00 positives aux récepteurs hormonaux.

    La base ESME a ensuite été étendue avec AstraZeneca aux cancers de l'ovaire, pour lesquels les données concernant plus de 5.000 patientes sont encore en phase de centralisation, ont indiqué Unicancer et le laboratoire dans leur communiqué.

    "La première analyse vise à évaluer la prise en charge thérapeutique de ces patientes en fonction du statut mutationnel BRCA et de l'arrivée des inhibiteurs de PARP dans cette indication", ont-ils détaillé. AstraZeneca commercialise l'inhibiteur de PARP olaparib (Lynparza*) dans le cancer de l'ovaire, note-t-on.

    D'une durée de sept ans, le nouveau partenariat annoncé par Unicancer et AstraZeneca vise la création d'une plateforme ESME "cancer broncho-pulmonaire" afin de "décrire l'impact des nouvelles thérapies (notamment les immunothérapies) sur l'évolution de la prise en charge thérapeutique du cancer du poumon, à partir des données disponibles dans 36 établissements référents et spécialisés dans la prise en charge du cancer broncho-pulmonaire", parmi lesquels des CLCC, des CHU, des centres hospitaliers et des établissements privés.

    Le recueil des données a commencé en octobre et concernera plus de 4.000 patients en janvier 2018. D'autres recueils de données sont prévus en 2018 et 2019 pour "décrire l'impact réel des immunothérapies sur l'évolution de la maladie".

    A terme, la base devrait rassembler des données de 26.000 patients atteints de cancer du poumon.

    L'Agence européenne du médicament (EMA) examine actuellement la première demande d'autorisation de mise sur le marché (AMM) pour l'immunothérapie anti-PD-L1 d'AstraZeneca, Imfinzi* (durvalumab), dans le cancer du poumon non à petites cellules (NAPC) localement avancé (stade III) ou non résécable chez les patients dont la maladie n'a pas progressé après une radio-chimiothérapie à base de platine, note-t-on.

    Un dispositif "précieux" pour les industriels

    AstraZeneca France a précisé avoir investi "près de 13 millions d'euros" dans les différentes plateformes ESME depuis le début du programme en 2014.

    "Les plateformes ESME sont un dispositif unique en son genre et très précieux pour nous, industriels. Grâce à celles-ci, nous avons une visibilité sur les pratiques et les modalités de prise en charge des patients français atteints d'un cancer; elles viennent utilement compléter les données dont nous disposons dans le cadre de nos propres études cliniques", a commenté la directrice médicale d'AstraZeneca France, le Dr Nathalie Varoqueaux, citée dans le communiqué.

    Le directeur de la R&D d'Unicancer, Christian Cailliot, également cité, a expliqué que le programme ESME "s'appuie sur des données anonymisées exhaustives, contrôlée et indépendantes". "Son mode de gouvernance est transparent, indépendant, et il s'appuie sur un comité scientifique constitué d'experts cliniciens, méthodologistes, statisticiens, d'un comité déontologique et de plus de 100 experts nationaux dans les pathologies concernées", a-t-il souligné.

    "Cette initiative de centralisation de données, à large échelle, permettra grâce à une méthodologie des plus rigoureuses, une meilleure prise en compte par la communauté scientifique et les pouvoirs publics des résultats obtenus", a assuré Christian Cailliot.

    Raphael Moreaux

    À suivre

    Le CDO de Merck KGaA pointe les frictions entre industries de santé et entreprises de la tech

    Acteurs

    A l'Institut Curie, un "directeur des datas" pour "bâtir des ponts" entre les données

    PARIS (TICpharma) - Le directeur des data, ou Chief Data Officer, de l'Institut Curie, Xosé Fernández, nommé en juin dernier, a détaillé dans un entretien à TICpharma le périmètre de ses missions et les collaborations qu'il souhaite développer avec les acteurs technologiques et industriels à l'échelle internationale.

    0 131

    Etudes

    Plus de 7 millions de patients surveillés à distance en 2016 (étude Berg Insight)

    GÖTEBORG (TICpharma) - Près de 7,1 millions de patients ont été surveillés à distance à travers le monde en 2016 dans le cadre de prises en charge utilisant des solutions de santé mobile, soit une hausse de 44% par rapport à 2015, selon les résultats d'une étude publiée le 8 février par le cabinet suédois Berg Insight.

    0 120

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    3 + 5 =