L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Etudes

    La pharma à la peine dans l'univers des applications mobiles de santé (étude)

    BERLIN (TICpharma) - Les applications mobiles de santé fournies par les plus grands groupes pharmaceutiques peinent à s'imposer dans un paysage de la santé connectée de plus en plus concurrentiel, constate une étude du cabinet allemand Research2Guidance publiée la semaine dernière.

    Research2Guidance propose dans son étude un benchmarking des applications mobiles éditées par 12 groupes pharmaceutiques: Abbott/AbbVie, AstraZeneca, Bayer, Bristol-Myers Squibb, GlaxoSmithKline (GSK), Johnson & Johnson (J&J), Merck KGaA, Merck & Co, Novartis, Pfizer, Roche et Sanofi.

    Ces applications ont été téléchargées 3.300 fois en moyenne, et une part infime d'entre elles (0,5%) a dépassé les 100.000 téléchargements annuels selon l'étude.

    Les groupes pharmaceutiques sondés ont pourtant plus que doublé leur nombre d'applications actives et disponibles entre 2014 et le premier trimestre 2017, passant de 63 à 153 applications.

    "Les entreprises rivalisent avec un nombre croissant de concurrents" du secteur de la santé mobile (mHealth), constate le cabinet Research2Guidance, qui a compté plus de 290.000 applications mobiles de santé listées sur les différents stores applicatifs en 2016, soit une augmentation de 174.000 par rapport à 2014.

    "Le portefeuille d'applications de la pharma vise un public plus restreint que la concurrence", notamment parce qu'elles ciblent principalement des professionnels de santé ou des patients, plutôt que des individus en bonne santé, analyse Research2Guidance.

    L'étude explique aussi cette difficulté de la pharma à pénétrer le marché des applications mobiles par la qualité même des solutions qu'elle propose, en comparaison avec d'autres éditeurs.

    "Les incohérences dans la conception et les références croisées entre applications sont encore trop fréquentes et jouent à la baisse sur la qualité", estime le cabinet allemand.

    Avec l'arrivée de l'intelligence artificielle, la réalité augmentée ou virtuelle, les dispositifs médicaux connectés et autres capteurs, "les consommateurs exigent une plus grande facilité d'utilisation des produits et services de la santé connectée", ajoute-t-il.

    Si toutes les sociétés pharmaceutiques ont enrichi leur portefeuille d'applications depuis 2014, seuls Abbott et Sanofi n'ont pas réussi à augmenter leur portée auprès des usagers.

    Sanofi figure pourtant encore dans le quatuor des laboratoires aux applications les plus téléchargées, avec J&J, Bayer et GSK (voir graphique ci-dessous).

    "Novartis, Sanofi et Bayer ont réalisé les progrès les plus significatifs dans leurs activités d'édition d'applications, mais ne voient pas retour sur investissement en terme de pénétration du marché", relève Research2Guidance.

    Pour rappel, les groupes pharmaceutiques les plus avancés en nombre d'applications et de téléchargements, dans la première édition de l'étude Research2Guidance sur les apps de la pharma datant de 2014, étaient Sanofi, Merck & Co, J&J et GSK.

    Pharma App Benchmarking de Research2Guidance
    Hélène Mauduit

    À suivre

    J&J développe une plateforme numérique de suivi post-chirurgie bariatrique en France

    Etudes

    Un algorithme automatisé efficace pour prédire la mortalité en réanimation

    PARIS (TICpharma) - Un algorithme automatisé d'intelligence artificielle (IA) conçu pour prédire la mortalité en réanimation à partir de l'électrocardiogramme (ECG) et de la pression artérielle, sans nécessiter de prélèvements sanguins, apparaît supérieur au score IGS2, selon une étude française présentée le 19 septembre au congrès de la Société française d'anesthésie et de réanimation (Sfar) à Paris.

    0 852

    Etudes

    Validation du "premier algorithme universel" de prédiction du risque de perte de greffon rénal

    LONDRES, PARIS (TICpharma) - Un consortium international a élaboré et validé le "premier algorithme universel" pour prédire le risque de perte de greffon rénal, ont annoncé l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), l'Inserm et l'université de Paris ainsi que le Paris Transplant Group.

    0 984

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    8 + 9 =