L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Politique

    Plan Healthtech: trois axes de travail pour faire émerger des champions français de la tech en santé

    PARIS (TICpharma) - La banque publique d'investissement Bpifrance, les cabinets de conseil Boston Consulting Group (BCG) et BioUp, et France Biotech ont présenté le 13 avril un rapport conjoint détaillant trois axes de travail "pour lever les freins" qui empêchent encore les start-up tricolores de la tech en santé "d'atteindre leur plein potentiel".

    Pour rédiger leur rapport, intitulé "Plan Healthtech: du vivier aux grandes réussites", les quatre institutions se sont appuyées "sur plus de 35 témoignages de dirigeants d'entreprises, experts du secteur, spécialistes de l'investissement et représentants des pouvoirs publics", ont-elles souligné.

    "La pandémie à laquelle nous faisons face a mis en lumière le lien critique entre innovation et sécurité sanitaire", ont expliqué les coauteurs.

    "Symboliquement, le fait qu’aucun acteur français n’ait été en mesure de créer, développer ou commercialiser les premiers vaccins crée une interrogation légitime dans l’opinion publique: la France, avec ses géants mondiaux de la santé et sa recherche de premier plan est-elle encore à la pointe de l’innovation dans le domaine de la santé?", se sont-ils interrogés en introduction du rapport.

    Ils ont également déploré qu'en dépit d'un "vivier prometteur" et d'un "fort potentiel de recherche publique et privée", la France ne parvienne pas à faire émerger "des champions de la santé qui lui assurent une plus grande maîtrise de sa production et créent des emplois".

    "Notre pays compte bien plus d’entreprises tech en santé cotées que l’Allemagne (61 contre 40) et leur capitalisation a augmenté de près de 70% en un an. Cependant, aucune capitalisation française ne se situe au-dessus du milliard d'euros contre six en Allemagne, dont deux supérieures à 10 milliards", ont regretté les auteurs du rapport, soulignant que "la taille critique est nécessaire pour enclencher une dynamique favorable à l’innovation et permettre la création de valeur et d'emplois pérennes".

    "En suivant la dynamique observée autour du hub de Boston (Massachusetts), les biotechs et medtechs pourraient représenter 180.000 emplois directs et indirects en France d’ici à 2030, soit 130.000 emplois supplémentaires par rapport à aujourd’hui."

    La publication de ce rapport survient quelques mois avant la prochaine réunion du Conseil stratégique des industrie de santé (Csis), prévue au début de l'été. "Le président de la République a fixé au Csis 2021 un objectif ambitieux: 'faire de la France une nation leader en matière d'industrie et d'innovation en santé'", ont rappelé les quatre auteurs qui signent le "Plan Healthtech".

    "La nouveauté de ce Csis réside dans la volonté d’étudier les modalités d’une transformation radicale de l’environnement d’innovation de santé en France passant notamment par un changement des procédures d’autorisation et la création d’une agence dédiée."

    "Dans ce contexte, le BCG, Bpifrance, BioUp et France Biotech ont souhaité contribuer […] au débat en proposant un plan d’action qui pourrait alimenter les réflexions en cours tant à l’échelle nationale qu’européenne", est-il précisé dans le document.

    Trois axes pour renforcer la filière

    Après avoir dressé un état des lieux de la filière healthtech française -qui regroupe les acteurs de la biotech, de la medtech et de l'e-santé-, les auteurs du rapport ont ainsi identifié les freins au développement de la filière et proposé trois axes de travail pour faire décoller les entreprises tech de la santé.

    "A l'origine des freins identifiés, la rareté des compétences et la fragmentation encore trop importante des soutiens publics et privés de l'écosystème d'accompagnement des entreprises", ont-ils noté.

    Le premier axe de travail présenté est intitulé "talents, exécution, accompagnement".

    Concrètement, il s'agit de "s'assurer que les équipes [des entreprises de la tech en santé] apportent le bon niveau d'expertise et d'expérience pour répondre à des enjeux de passage à l'échelle".

    "La mobilisation d’une palette d'expertises doit aider nos entreprises à anticiper les choix stratégiques de développement et à disposer de capacités d'exécution aux standards industriels internationaux", ont précisé les auteurs.

    Ils recommandent, en outre, de "mettre en place des mesures sectorielles d'accompagnement des entreprises sur les territoires prioritaires, à tous les stades de leur développement tel que le Hub Bpifrance, ou les communautés de mentoring et de partages d’expérience".

    Ils appellent aussi à "favoriser la diversité et la profondeur" des fonds d'investissement spécialisés dans la biotech et la medtech et "disposant d'une expertise internationale et de la capacité d'intervention suffisante".

    Dans leur axe 2, les auteurs se penchent sur la politique industrielle de santé et la structuration des filières. Ils préconisent de "définir des priorités par thèmes et géographies".

    Trois recommandations précises répondent à cet axe:

    • sĂ©lectionner des "hubs" prioritaires pour concentrer les chances de rĂ©ussite dans des gĂ©ographies dĂ©limitĂ©es, bĂ©nĂ©ficier des effets de proximitĂ© et renforcer les acteurs locaux
    • soutenir des thĂ©matiques clĂ©s telles que le dĂ©veloppement de capacitĂ©s de bioproduction, la digitalisation du secteur, la collecte et l'accès aux donnĂ©es Ă  tous les stades du processus d'innovation (recherche, recrutement dans les essais cliniques, parcours de soins, donnĂ©es de vie rĂ©elle)
    • crĂ©er une "Agence innovation santĂ©", responsable de dĂ©finir et de conduire une politique industrielle d'innovation en santĂ©, de l'amont jusqu'Ă  des sujets d’accès au marchĂ© et de fixation du prix.

    "Cette agence doit contribuer au chemin de création de valeur médicale et économique par des interactions fortes entre entreprises innovantes et autorités de santé", ont détaillé les auteurs du rapport.

    Enfin, dans leur axe 3, ils appellent à simplifier le cadre administratif français, jugé complexe et à stimuler l'attractivité de la France, notamment pour les essais cliniques.

    Concernant le pilotage de ces actions, les auteurs du rapport ont suggéré qu'il puisse être assuré par un acteur institutionnel transverse, "comme l'Agence innovation santé, si celle-ci devait être créée". "Sur chacune des dimensions, le plan d'action aura d'autant plus d'impact qu'il sera mené, en concertation et synergie avec les autres Etats membres et institutions européennes", ont-ils également recommandé.

    "En suivant les recommandations suivantes, la healthtech française devrait être capable de quantifier ces objectifs et de générer des résultats visibles d'ici 2025, permettant ainsi à l'ensemble de l'écosystème de passer un cap", ont-ils assuré en conclusion de leur rapport.

    Plan Healthtech: du vivier aux grandes réussites

    Wassinia Zirar
    Wassinia.Zirar@apmnews.com

    À suivre

    Covid-19: TousAntiCovid permet de présenter un certificat de test ou de vaccination

    Politique

    La régulation et le financement de l'e-santé au cœur des enjeux de l'après-Covid

    PARIS (TICpharma) - Invités à s'exprimer le 17 septembre lors de l'événement Pharma HealthTech, Jacques Biot, ancien président de Polytechnique, et Jean-Marc Aubert, ex-directeur de la Drees et président d'Iqvia, ont appelé à réguler l'e-santé et à redéfinir le modèle de financement de la filière pour pérenniser ses avancées dans l'après-Covid.

    0 1064

    Etudes

    Le niveau de maîtrise du digital des laboratoires jugé faible par leurs cadres (étude)

    PARIS (TICpharma) - Une enquête menée par le cabinet de consulting Atawao healthcare et le cabinet de recrutement L3S Partnership, présentée jeudi lors de l'évènement Pharma Healthtech, révèle que les cadres de l'industrie pharmaceutique jugent sévèrement le niveau de maîtrise du digital de leurs employeurs.

    0 2628

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    1 + 1 =