L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Innovations

    Le "Beyond the pill", nouvel eldorado des laboratoires pharmaceutiques ?

    PARIS (TICpharma) - Les stratégies "Beyond the pill" proposant de nouveaux services "au-delà du médicament" en tirant profit des nouvelles technologies apparaissent comme le premier signe de la transformation numérique des entreprises pharmaceutiques, et auront des conséquences sur leurs modèles économiques.

    La multiplication des partenariats conclus avec des sociétés IT est l'élément le plus visible de ce virage amorcé par les entreprises du médicament: pour n'en citer que quelques-uns, Qualcomm et Roche pour le suivi à distance de patients souffrant d'affections chroniques, Google et Sanofi dans le contrôle du diabète, AstraZeneca et le français Voluntis pour l'accompagnement des femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire, et le dernier en date, la coentreprise entre GlaxoSmithKline (GSK) et Google annoncée en août pour développer des produits de médecine bioélectronique.

    Ces stratégies "Beyond the pill" consistent à faire du médicament non pas le seul produit proposé par un laboratoire, mais un élément d'une solution thérapeutique "intégrée" (ou "holistique") alliant une molécule à d'autres services tels qu'une application mobile facilitant l'observance du traitement ou une plateforme de suivi des données médicales.

    La conception de dispositifs médicaux connectés, comme les inhalateurs développés par Novartis et Qualcomm, peuvent compléter le dispositif.

    Pour Emmanuel Sève, directeur d'études chez Precepta et auteur d'une étude publiée en mars sur la transformation numérique du secteur pharmaceutique, les solutions intégrées ajoutent au médicament "une forme de service après-vente de leur utilisation".

    Cette "nouvelle approche servicielle" présente à "toutes les étapes de la relation avec l'utilisateur" porte selon lui trois enjeux forts en terme d'"optimisation", de "personnalisation" et de "différenciation" de l'offre.

    Côté optimisation, les outils numériques comme les piluliers électroniques ou les applications de "coaching" vont devenir "incontournables" afin de "faire en sorte que le traitement soit bien suivi aux fins de prescription", a estimé Emmanuel Sève.

    Dans un environnement où le nombre de solutions de ce type croît de façon continue sur les différents stores applicatifs, "les entreprises devront être accompagnées par des tiers de confiance et des spécialistes du numérique si elles veulent tirer leur épingle du jeu", a-t-il ajouté.

    Le "Beyond the pill" est aussi une stratégie permettant de "personnaliser les solutions en fonction de l'utilisateur" et de les inscrire dans une "logique participative" afin qu'ils se sentent "acteurs de leur traitement" à travers l'utilisation d'un outil numérique, a poursuivi Emmanuel Sève.

    La notion de "différenciation" se joue dans les démarches engagées auprès des financeurs comme l'assurance maladie. Elle porte sur la capacité à présenter, grâce à la collecte de données de vie réelle permise par les solutions intégrées, des preuves sur l'efficacité de la solution, notamment en termes d'observance du traitement.

    Sur ce point, Emmanuel Sève note que les industries de santé "doivent rapidement se doter de compétences sur la collecte et l'analyse des données".

    Ces transformations ouvrent aussi la possibilité d'un modèle économique de prise en charge fondé sur une approche par la valeur ("outcomes-based contracts") permettant de rémunérer les solutions de santé en fonction de leur performance en vie réelle.

    D'une logique industrielle traditionnelle à une approche servicielle orientée vers le numérique, il n'y a qu'un pas que le secteur pharmaceutique commence à franchir, bien que les "solutions intégrées" disponibles soient encore rares, tout comme les études démontrant leur efficacité.

    Pour le directeur d'études chez Precepta, la logique est enclenchée, et se traduira "à moyen terme" par "de nouveaux mécanismes de création de valeur qui imposeront une refonte des business models du secteur".

    Pilotées efficacement, les stratégies "Beyond the pill" permettraient de dynamiser un secteur qui subit actuellement une forte pression économique.

    Selon le dernier bilan économique du Leem publié le 1er septembre, le chiffre d'affaires des médicaments remboursables en ville a connu une quatrième année de baisse consécutive en 2015 (-0,2%).

    rm/eh

    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    La coentreprise Sanofi/Google pour la prise en charge du diabète officiellement créée

    Innovations

    Covid-19: Sanofi s'allie Ă  Luminostics pour commercialiser un autotest sur smartphone d'ici fin 2020

    PARIS, SAN JOSE (Californie) (TICpharma) - Sanofi a annoncé le 16 avril dans un communiqué la signature d'un accord avec la start-up californienne Luminostics en vue d'une collaboration portant sur le développement d'un autotest de dépistage du Covid-19 sur smartphone en vue d'une mise sur le marché "en accès libre d'ici à la fin de 2020".

    0 3585

    Innovations

    Le centre de médecine de précision Prism mise sur l'IA pour modéliser les cancers et personnaliser les thérapies

    PARIS (TICpharma) - L'institut Gustave Roussy, l’université Paris-Saclay, Centrale Supélec et l’Inserm lancent le Centre national de précision en oncologie (Prism) "qui aura pour mission de modéliser le cancer à l’échelle individuelle en créant des avatars numériques des tumeurs", ont annoncé les partenaires dans un communiqué diffusé le 27 mars.

    0 3645

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    8 + 3 =