L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Retour à la normale chez Eurofins Scientific après une attaque au ransomware

    0 348

    LUXEMBOURG (TICpharma) - Le groupe Eurofins Scientific, spécialisé dans les analyses biologiques a assuré fin juin dans un communiqué de presse que ses opérations étaient revenues à la normale après une attaque informatique au ransomware, ou logiciel d'extorsion.

    Les systèmes informatiques de la société luxembourgeoise qui réunit près de 800 laboratoires dans 47 pays ont été perturbés par cette attaque les 1er et 2 juin, conduisant ses équipes à mener des opérations de restauration des systèmes et des vérifications de sécurité.

    Un ransomware est un type de logiciel malveillant qui crypte les données d'un système informatique afin de pouvoir demander à son utilisateur le versement d'une rançon en échange de la clé de décryptage des données.

    "Le mardi 4 juin, nous avons pu reprendre des opérations complètes ou partielles pour un certain nombre de sociétés touchées", a indiqué Eurofins Scientific dans son communiqué, ajoutant qu'à compter du 17 juin, "la grande majorité des activités des laboratoires affectés ont été restaurées".

    Pour les autres entités, le retour à la normal avec le redémarrage des systèmes informatiques de production et de reporting a été effectif dans le courant de la semaine du 17 juin.

    "Les opérations de restauration se poursuivent pour certains systèmes de back-office et de développement de logiciels moins importants, ainsi que dans quelques entreprises représentant moins de 2% du chiffre d'affaires du groupe", a précisé Eurofins Scientific.

    Le redémarrage de certaines activités, pour lesquelles des procédures spécifiques sont nécessaires, devait s'achever à la fin juin.

    Le groupe a réussi à identifier le ransomware à l'origine des dysfonctionnements, dorénavant "reconnu et neutralisé" par ses outils de cybersécurité. Il assure travailler avec des experts mondiaux en cybersécurité pour "sécuriser davantage [ses] systèmes et infrastructures actuels" et pour "ajouter des fonctionnalités de sécurité améliorées".

    Il a indiqué que des enquêtes judiciaires avaient être ouvertes et a assuré qu'aucune expertise n'avait pour l'instant permis de mettre en évidence un vol ou un transfert non autorisé de données confidentielles de ses clients.

    Le groupe explique que l'attaque informatique aura un effet négatif sur ses résultats du deuxième trimestre mais qu'il n'est pas encore en mesure d'en préciser l'ampleur. Une partie des pertes financières sera couverte par ses assureurs.

    Il ajoute qu'il est encore trop tôt pour évaluer le nombre de journées de travail perdues.

    "Les équipes des sociétés concernées ont pour objectif essentiel de rattraper leur retard de travail et de fournir à nos clients la qualité et la rapidité des services auxquels ils sont habitués, et qu'ils méritent", a souligné Eurofins Scientific.

    Un point sur l'impact financier de l'attaque sera réalisé lors de la publication des résultats semestriels du groupe, prévue jeudi 29 août.

    Selon des informations publiées le 5 juillet par BBC News, Eurofins Scientific aurait payé une rançon aux responsables de l'attaque.

    Après l'annonce de l'intrusion le 3 juin, l'action Eurofins avait perdu plus de 10% à la Bourse de Paris pour atteindre une valeur de 356,60 euros. Mardi 16 juillet à la clôture, elle était à 393,80 euros contre 407 euros à la veille de l'attaque.

    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    La "Matrice santé et numérique" de Roche aboutit à cinq projets d'entreprises

    Acteurs

    Le Syntec Numérique se réorganise pour "faire émerger le secteur du numérique en santé"

    PARIS (TICpharma) - Le comité santé du Syntec Numérique, syndicat professionnel des entreprises de services du numérique, a vu sa gouvernance remaniée au début de l'été et est désormais coprésidé par un binôme composé d'Olivier Vallet, PDG de Docapost (groupe La Poste), et Isabelle Zablit, présidente de Clavesis, qui veulent "faire émerger le secteur du numérique en santé en France".

    0 558

    Acteurs

    Chez B. Braun, l'informatique pour "augmenter la valeur ajoutée du dispositif médical"

    SAINT-CLOUD (Hauts-de-Seine) (TICpharma) - Sébastien Topin, responsable Applications médicales et connectivité chez B. Braun Medical, filiale française du groupe allemand B. Braun, a détaillé dans un entretien à TICpharma la stratégie informatique du fabricant de dispositifs médicaux (DM), qui vise à "augmenter la valeur ajoutée du DM" en développant sa capacité à communiquer et à gérer de la donnée.

    0 538

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    9 + 8 =