L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Etudes

    Dispositifs médicaux: le segment de la e-santé est encore un marché "émergent" (étude)

    PARIS (TICpharma) - La e-santé constitue encore une activité "émergente" en France au sein du secteur des dispositifs médicaux (DM), selon une étude publiée jeudi par le Syndicat national de l’industrie des technologies médicales (Snitem), qui alerte sur les freins au développement de ce segment de marché crucial.

    L'étude du Snitem*, réalisée par la société D&Consultants, montre que les quelque 1.340 entreprises du secteur des DM (dont 92% de PME) réalisent un chiffre d'affaires de 28 milliards d'euros. Toutefois, seules 1,9% d'entre elles se sont positionnées sur le créneau de la e-santé, avec un niveau de ventes encore non significatif.

    "Il y a beaucoup d'entreprises, beaucoup de projets mais pas de chiffre d'affaires", a indiqué le directeur général du Snitem, Eric Le Roy, lors d'un entretien à APMnews (autre site du groupe APM International, dont fait partie TICpharma). "Mais il faut pondérer les choses: nous n'avons pas mesuré l'impact organisationnel des dispositifs médicaux de e-santé."

    L'étude a retenu plusieurs types de produits: appareils de suivi à distance, dispositifs médicaux connectés (tensiomètres, semelles connectées, stylos injecteurs connectés, vêtements intelligents...), outils digitaux de rééducation, plateformes de téléconsultation...

    "Les dispositifs médicaux communicants reposant sur la diversification d'une offre existante ne figurent pas dans le segment exclusif de la e-santé médicale", est-il précisé.

    Pour Eric Le Roy, "la e-santé sera et est déjà incontournable pour le secteur des dispositifs médicaux".

    Mais la question du financement va se poser. Soit les fonctionnalités numériques ajoutées à des produits existants seront financées sur les "budgets actuels", c'est-à-dire sans changement de prix. Soit le coût de ces mises à jour devra être pris en compte et entraîner une revalorisation de prix.

    "Les PME ne peuvent pas à elles toutes seules intégrer tous les coûts", a souligné le directeur général du Snitem.

    Le représentant de l'organisation professionnelle a également considéré que des problèmes d'accès au marché pouvaient entraver le développement des dispositifs médicaux de e-santé. Car si "les technologies sont au point", "les administrations sont tétanisées par les décisions" et préfèrent avoir recours à des expérimentations. "Tout cela prend un temps fou", a commenté Eric Le Roy.

    "J'espère qu'il ne faudra pas attendre que les générations de nos enfants, qui sont nées avec les nouvelles technologies, arrivent dans les administrations. Car il sera trop tard", a-t-il prévenu.

    La ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, a présenté en juillet 2016 une stratégie nationale e-santé 2020 destinée à "accompagner les acteurs du système de soins dans le virage numérique", rappelle-t-on (voir dépêche du 17 août 2016).

    La filière française du dispositif médical en chiffres en 2017
    • 92% de PME, avec une spécialisation sur des marchés de niche
    • 1.343 entreprises, dont, depuis 2011, 214 créations, 411 nouveaux entrants (entreprises existantes mais pas positionnées sur le DM) et 361 sorties du secteur (à la suite de rachats, fusions, repositionnements ou liquidations) - 28 milliards d'euros de chiffre d'affaires, dont 8 milliards à l'export
    • 4% de croissance par an en moyenne
    • 85.000 emplois
    • Plus de la moitié des entreprise ont une activité de R&D, près de 13% sont exclusivement actives en R&D (start-up), près de 60% ont une activité de production et plus de 80% une activité commerciale
    • Les entreprises internationales représentent un tiers des acteurs du secteur, deux tiers du chiffre d'affaires et près de 50% des emplois (41.000). Elles sont à 53% d'origine européenne. Près de la moitié des filiales de groupes internationaux ont des activités de production et/ou de R&D en France.

    *L'étude a été réalisée avec la participation de la direction générale des entreprises (DGE), de la banque publique d'investissement Bpifrance et des instituts Carnot. Plus de 200 entreprises (PME et ETI) ont été interrogées. Intitulée "Panorama et analyse qualitative de la filière industrielle des dispositifs médicaux en France en 2017", elle fait suite à des travaux menés en 2011 par le pôle interministériel de prospective et d'anticipation des mutations économiques (Pipame).

    Guillaume Bietry

    À suivre

    Le grand public prêt à recourir à l'intelligence artificielle pour sa santé (étude PwC)

    Acteurs

    Recherche: 11 Espic lancent la plateforme "Respic" pour faciliter les essais industriels

    PARIS (TICpharma) - Onze établissements de santé privés d'intérêt collectif (Espic), regroupés au sein d'une nouvelle association baptisée "Respic" (Recherche en Espic), ont lancé une plateforme à destination des industriels, sorte de guichet unique, ont-ils annoncé dans un communiqué diffusé cet été.

    0 775

    Etudes

    La numérisation des industries de santé érigée en "priorité stratégique" de la filière (étude Pipame)

    PARIS (TICpharma) - Une étude du pôle interministériel de prospective et d'anticipation des mutations économiques (Pipame), dévoilée le 19 juin, décortique les opportunités offertes par le numérique pour moderniser les industries de santé, appelant à "faire de la numérisation un sujet stratégique" et une "priorité" dont le pilotage doit être renforcé au niveau du comité stratégique de filière (CSF) santé.

    0 1305

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    5 + 2 =