L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Rechercher

    Trier par :

    L'édito hebdo

    Léo Caravagna

    Proteus, de la licorne à la faillite en un an

    Valorisée à 1,5 milliard de dollars en avril 2019, la licorne Proteus, s'est placée sous la protection de la loi sur les faillites aux Etats-Unis le mois dernier. Son système Abilify MyCite, associant l'antipsychotique Abilify (aripiprazole, Otsuka) en comprimé et un capteur numérique ingérable destiné à suivre la prise du traitement par les patients, a été développé avec Otsuka. Proteus avait levé plus de 500 millions de dollars pour ce projet. Fin 2017, son produit a été le premier "médicament connecté" autorisé par la Food and Drug Administration (FDA). Le but est d'améliorer l'observance, ce qui semble fonctionner selon une étude publiée en octobre dans PLoS Medicine. Des financements importants, un partenaire bien établi, une techno qui marche... Qu'est-ce qui a bien pu mener Proteus à la faillite? "Le facteur humain", estime The Medical Futurist (TMF) dans une récente analyse sur les entreprises e-santé "qui ont volé trop près du soleil". Sous une pression intense des investisseurs, la société n'a pas tenu ses délais et s'est retrouvée en difficulté financière. Et ça a été l'effet domino: fuite des talents, licenciements, difficultés de développement croissantes et, enfin, une rupture du partenariat par Otsuka. Le prix du traitement n'a pas aidé: 1.650 dollars par mois, contre 20 dollars pour le générique "non connecté". A en croire TMF, ce n'est pas pour autant la fin de Proteus car Otsuka et d'autres sociétés chercheraient actuellement à racheter Abilify MyCite...

    Léo Caravagna

    Premier Préc.   10 11 12 13 14 15 16 17 18 19  Suivant Dernier