L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Rechercher

    Trier par :

    L'édito hebdo

    Raphael Moreaux

    Les interfaces cerveau-ordinateur entre espoirs et fantasmes

    ICO: ces trois lettres qui désignent les interfaces cerveau-ordinateur, systèmes de communication directe entre le cerveau humain et la machine, suscitent à la fois espoirs et fantasmes dans le monde de la santé. Conceptualisées il y a plus de 40 ans, et testées chez l'homme depuis les années 1990, ces technologies pourraient, entre autres, permettre à des personnes handicapées ou atteintes de maladies neuromusculaires graves d'agir sur leur environnement par la simple pensée traduite par leur activité cérébrale. Le mouvement transhumaniste décrit même ces interfaces comme un moyen d'"augmenter" l'homme et de créer des symbioses entre intelligences artificielle et humaine. Intervenant lors de journées "Humain et numérique en interaction" organisées par le CNRS début février, Marco Congedo, chargé de recherche au laboratoire Gipsa-Lab à Grenoble, a invité à rester critique face au "buzz médiatique" qui entoure ces ICO, présentées encore récemment par France Inter comme une innovation qui va "améliorer la vie dès 2019". La radio citait l'exemple de l'exosquelette commandé par la pensée développé par la société Clinatec à Grenoble. "Ce projet est encore juste un prototype", a répondu Marc Congedo. Certes, les horizons ouverts par les ICO s'élargissent grâce aux avancées scientifiques réalisées en neurophysiologie, en techniques d'enregistrement et de traitement du signal, mais "il y a encore beaucoup de choses à faire dans ce domaine", a prévenu le chercheur, invitant à "faire le tri dans les annonces". Une chose reste certaine pour Marco Congedo: "chaque cerveau est unique, et le rêve transhumaniste de prendre la conscience humaine pour la mettre dans une machine est ridicule". Alors, gare à l'imposture!

    Raphael Moreaux

    Premier Préc.   1 2 3 4 5 6 7 8 9  Suivant Dernier