Annonceurs

L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Docaposte fait sa mue pour passer "de l'e-santé à la santé"

    PARIS (TICpharma) - Docaposte, filiale numérique du groupe La Poste, a fait un virage à 360 degrés cet été et redéfini sa stratégie en santé pour passer de l'ère de l'e-santé à celle de la santé impliquant le numérique, a expliqué à TICpharma début novembre Carla Gomes, directrice du marché santé de Docaposte.

    Acteurs

    Future4Care recrute 22 start-up pour sa première promotion

    PARIS (TICpharma) - Future4Care, la société commune d'e-santé de Sanofi, Orange, Generali et Capgemini, a recruté 22 start-up pour la première promotion de son accélérateur, a-t-elle fait savoir par communiqué le 7 décembre.

    0 72

    Acteurs

    Insuffisance cardio-respiratoire: la start-up Biosency veut passer de la télésurveillance à la prédiction des crises

    CESSON-SEVIGNE (Ille-et-Vilaine) (TICpharma) - La start-up bretonne Biosency, qui propose un bracelet connecté pour patients insuffisants cardio-respiratoires chroniques, souhaite passer à l'étape supérieure en intégrant un algorithme de prédiction des crises dans son dispositif médical (DM), a expliqué sa présidente, Marie Pirotais, le 19 novembre à TICpharma .

    0 134

    L'édito hebdo

    Wassinia Zirar

    L'éthique de l'IA dans tous les Etats

    Comme une ritournelle, la nécessaire instauration d'un cadre éthique de l'intelligence artificielle (IA) revient noircir les pages des rapports d'experts à chaque saison. Au printemps dernier, la Commission européenne présentait ses propositions pour faire de l'Europe des Vingt-Sept "le pôle mondial d'une intelligence artificielle (IA) digne de confiance". Cette fois, c'est l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) qui a décidé de s'emparer du sujet. Le 24 novembre, une "recommandation sur l'éthique de l'IA" a été adoptée par la conférence générale de l'Unesco réunie en session. Dès 2019, l'institution s'était engagée à élaborer le premier instrument normatif mondial sur l'éthique de l'IA sous la forme d'une recommandation. Ses derniers travaux s'appuient sur l'étude préliminaire de sa commission mondiale d'éthique des connaissances scientifiques et des technologies (Comest), une étude qui souligne -justement- l'absence d'instrument sur le développement et l'application de l'IA "dans une approche centrée sur l'être humain". Pour aboutir à l'émergence d'un cadre normatif, 24 spécialistes du sujet ont planché sur la question pendant deux ans et ils ont, logiquement, ciblé la santé comme un "domaine stratégique". Sans surprise, les recommandations formulées réaffirment toutes l'exigence d'utiliser des systèmes d'IA efficaces pour améliorer la santé humaine sans renoncer aux droits et aux libertés fondamentales. Respect du droit international et des droits de l'Homme; maintien de la relation entre les patients et leur famille et le personnel soignant; réduction et atténuation des biais; respect de la vie privée et de la protection des données ou encore garantie humaine du professionnel de santé et obtention du consentement éclairé des patients... Le texte énonce des principes attendus, que l'institution internationale n'a pas eu de mal à faire adopter par 193 Etats membres. L'Unesco s'engage désormais à les accompagner dans la mise en œuvre des recommandations mais elle leur demandera de rendre compte "régulièrement" de leurs progrès et de leurs pratiques, a prévenu sa directrice, Audrey Azoulay. Voilà qui pourrait (enfin) mettre l'éthique de l'IA dans tous les Etats!

    Wassinia Zirar

    En bref sur Tic Pharma

    DECOUVREZ L’UNIVERS TICSANTE

    Informatique hospitalière: Evolucare vise 100 millions d'euros de chiffre d'affaires d'ici cinq ans

    VILLERS-BRETONNEUX (Somme) (TICsanté) - L'éditeur d'informatique hospitalière Evolucare ambitionne d'atteindre 100 millions d'euros (M€) de chiffre d'affaires d'ici 2025 ou 2026, contre "35 à 40 M€" acquisitions comprises en 2021, a expliqué son directeur général, Philippe Blanco, à TICsanté le 30 novembre.