L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    L'edito Hebdo du vendredi 19 juin 2020

    Contact tracing: l'exception française frappe encore à Bruxelles

    Alors que plusieurs gouvernements européens sortent leur application de traçage pour accompagner la lutte contre l'épidémie de Covid-19, l'information est tombée le 16 juin: les États membres de l'Union européenne (UE) se sont accordés sur leur interopérabilité. Plus précisément, ils se sont mis d'accord "sur un ensemble de spécifications techniques visant à garantir la sécurité de l'échange d'informations entre les applications nationales de traçage des contacts reposant sur une architecture décentralisée". S'il convient de se réjouir que l'UE soit parvenue à prendre une décision technique d'informatique, l'annonce exclut d'emblée la France. En effet, l'approche "décentralisée" s'appuie sur la transmission par un serveur central des pseudonymes des personnes testées positives au Covid-19 vers tous les smartphones. StopCovid, l'appli française, repose, elle, sur un protocole "centralisé", et transmet les données pseudonymisées d’une personne testée positive vers un serveur central qui est géré par les autorités de santé. Auditionnée le 17 juin par les commissions des affaires européennes et étrangères de l'Assemblée nationale et du Sénat, Margrethe Vestager, vice-présidente de la Commission européenne chargée du numérique et de la concurrence, a manié l'euphémisme, faisant savoir qu'il était "délicat" de rendre interopérables deux solutions aux protocoles différents. La responsable européenne y est même allée de sa petite confidence: elle pensait que l'approche décentralisée "serait la règle générale" en Europe. Cocorico, pas en France! Pour Cédric O, secrétaire d'Etat chargé du numérique, "c'est une question de souveraineté". Toujours est-il que cela ne permet pas, pour l'instant, à un autre pays européen de tracer l'un des deux millions d'utilisateurs de StopCovid s'il se rend dans un autre pays de l'UE. L'exception culturelle française est décidément une vocation hexagonale que rien ne peut effacer, pas même une pandémie.

    Wassinia Zirar