L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    L'edito Hebdo du vendredi 15 mai 2020

    L'IA à l'épreuve du Covid-19

    Tantôt espérée, tantôt rejetée, l'intelligence artificielle (IA) en santé fait toujours débat. D'aucuns lui ont reprochée d'être la grande absente de la crise sanitaire en cours, d'autres ont employé leurs forces à répéter qu'il ne faut pas confier la gestion d'une épidémie à "des algorithmes". Et pourtant, l'IA est bel et bien au coeur de la lutte contre le Covid-19. On la retrouve, par exemple, dans "AlloCovid", le numéro national (0.806.800.540) pour informer et suivre en temps réel l'épidémie de Covid-19, dont les assistants vocaux sont numériques et dotés d'IA. A l'hôpital Foch de Suresnes (Hauts-de-Seine), les soignants s'appuient sur un logiciel d'imagerie de Siemens Healthineers -et ses algorithmes- pour détecter les lésions pulmonaires causées par le virus. L'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) a monté un groupe de traitement automatique du langage qui utilise l'IA pour analyser ses données Covid-19 et isoler les caractéristiques des patients au moment de leur prise en charge. Plus récemment, des chercheurs britanniques du King's College de Londres, associés au Massachusetts General Hospital, ont démontré que l'IA pouvait aider à dépister massivement à partir de l'analyse des symptômes et pallier ainsi l'absence des fameux tests PCR. Néanmoins, il y a un secteur dans lequel l'IA n'a (jusqu'à présent) fourni aucun résultat probant: celui de la pharma. Alors que tous les laboratoires s'échinent à trouver "LA" molécule qui permettra de venir à bout de l'épidémie, la technologie n'est pas au rendez-vous. Cet échec paraît d'autant plus invraisemblable que le bénéfice de l'IA pour accélérer et automatiser la mise en contact des molécules actives (criblage à haut débit) ou faire de la modélisation moléculaire (criblage virtuel) a été démontré à maintes reprises. Mais ce grain de sable dans les rouages de l'IA a aussi le mérite de nous rappeler qu'il n'existe pas de technologie salvatrice. L'innovation fait juste sa part du travail.

    Wassinia Zirar

    https://vph2020.sciencesconf.org