L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    CES 2019: Withings met le cap sur la médecine préventive

    LAS VEGAS (Nevada) (TICpharma) - Withings présente au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas un nouveau tensiomètre connecté ainsi qu'une montre capable d'enregistrer un électrocardiogramme (ECG), répondant à l'ambition de la société de "mettre l'accent sur la médecine préventive", a indiqué à TICpharma Charlotte Puechmaille, chargée de la stratégie santé de Withings.

    Les sites d'information du groupe APM international couvrent le CES en direct de Las Vegas. Suivez l'actu santé de l'événement sur APMnews et sur nos sites spécialisés et leurs comptes Twitter TICsanté et TICpharma.

    Le tensiomètre connecté, baptisé BPM Core, intègre un ECG et un stéthoscope électronique.

    Il s'agit d'une "première mondiale", qui doit permettre aux patients de détecter à leur domicile certaines anomalies cardiovasculaires, comme la fibrillation auriculaire ou les principales formes de valvulopathies, et de transmettre les données enregistrées à leur médecin via l'application mobile Health Mate sous la forme d'un fichier Excel, a expliqué Charlotte Puechmaille.

    "On passe aujourd'hui 99,99% de notre temps en dehors d'un cabinet médical ou d'un hôpital. L'objectif est de donner la possibilité d'effectuer des mesures chez soi, en dehors des fenêtres réduites de consultation, et de transférer ces informations au médecin pour l'aider à établir un diagnostic", a-t-elle appuyé.

    Lorsque des données susceptibles de révéler un problème cardiovasculaire sont détectées, le patient est alerté par un message de couleur (orange et rouge) et incité à prendre contact avec son médecin.

    En cours d'homologation pour être commercialisé aux Etats-Unis et en Europe en tant que dispositif médical, BPM Core est actuellement présenté au CES. Il devrait être disponible pour le grand public au prix de 249,95 euros dans le courant du deuxième trimestre.

    Le stéthoscope électronique ainsi que les algorithmes analytiques développés pour analyser les données générées ont été élaborés en collaboration avec l'hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP, AP-HP, Paris).

    La montre connectée Move ECG, également présentée à Las Vegas, est décrite par Withings comme "la première montre analogique capable d'enregistrer un ECG à tout moment". Dotée d'une autonomie d'un an, elle permet de détecter des fibrillations auriculaires lorsque surviennent des symptômes comme des palpitations, et de disposer sur l'application mobile Health Mate d'un historique des lectures d'ECG.

    Egalement en cours d'homologation aux Etats-Unis et en Europe, elle devrait être proposée au tarif de 129,95 euros à compter du deuxième trimestre.

    Les dispositifs BPM Core et Move ECG ont reçu un Innovation Award, récompense attribuée par les organisateurs du CES aux projets les plus innovants présentés à Las Vegas (lire dépêche du 8 janvier 2019).

    Une stratégie santé orientée grand public

    Interrogée sur la stratégie de Withings dans le secteur de la santé, Charlotte Puechmaille a expliqué qu'après avoir démarré son activité en 2008 dans le domaine du bien-être, avec ses premières balances connectées et traqueurs d'activité, l'entreprise entend "prendre le virage de la médecine préventive", notamment depuis son rachat par son fondateur, Eric Carreel.

    Vendue au groupe finlandais Nokia en 2016, l'entreprise a été rachetée par Eric Carreel en juin dernier, rappelle-t-on (lire dépêche du 4 mai 2018).

    Elle ne vise pas à court terme un remboursement de ses dispositifs par la sécurité sociale, mais mise sur leur achat par des early adopters, et sur le bouche-à-oreille qui pourra être assuré par ces derniers, a relaté Charlotte Puechmaille, estimant que "les frontières entre grand public et professionnels de santé vont s'estomper".

    "Si on arrive ensuite à montrer que cela permet d'accélérer le diagnostic, donc la prise en charge, et d'éviter des complications, on peut imaginer être un jour remboursé, au moins partiellement", a-t-elle ajouté.

    Interrogée sur le nombre d'utilisateurs actuels des objets connectés (balances, tensiomètres ou thermomètres) déjà proposés par Withings, Charlotte Puechmaille n'a pas souhaité communiquer de chiffre, indiquant simplement qu'il était "significatif" et que les professionnels de santé étaient "sur-représentés" parmi les utilisateurs français.

    Recrutement de médecins

    Pour appuyer sa stratégie en santé, Withings a recruté plusieurs médecins depuis son retour sous pavillon français, dont un cardiologue, un expert du sommeil et un diabétologue, tous employés à temps partiel en parallèle de leur activité médicale.

    "Nous n'avons pas la prétention de faire du diagnostic médical, mais de l'aide au dépistage", a insisté la directrice de la stratégie santé de Withings, expliquant que l'objectif n'était pas de "remplacer le médecin", mais de "lui apporter davantage d'informations collectées en dehors de son cabinet".

    Elle a reconnu que l'e-santé "se développe très lentement au France", notamment du fait des faibles investissements du système de santé dans la prévention, tout en se disant optimiste sur le fait que "dans 10 ans, il sera normal de suivre sa santé au quotidien depuis chez soi, grâce aux outils numériques".

    Partenariats aux Etats-Unis

    "Les grands projets que nous avons aujourd'hui sont avant tout aux Etats-Unis, où il y a une politique de la prévention financée par les mutuelles et assurances privées", a-t-elle noté.

    Withings a par exemple plusieurs partenaires américains comme Solera Health ou Health Slate, auxquels elle fournit sa balance connectée Body dans le cadre de programmes de perte de poids proposés par des entreprises et des assureurs aux personnes pré-diabétiques.

    Les personnes qui bénéficient du programme utilisent leur balance connectée et suivent des sessions d'e-learning et de coaching pour perdre 5% à 7% de leur poids en un an. Le dispositif est financé par un système de paiement à la performance, en fonction des résultats obtenus à l'issue du programme.

    "Nous serions prêts à travailler avec la sécurité sociale sur ce type de programmes car nous sommes convaincus qu'ils peuvent réduire les coûts de santé, en ciblant les publics à risque", a déclaré Charlotte Puechmaille.

    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    CES 2019: les industriels appellent à la rationalisation de l'usage des données de santé

    Innovations

    CES 2019: les start-up d'e-santé françaises font le plein de récompenses

    LAS VEGAS (Nevada) (TICpharma) - Alors que le Consumer Electronics Show (CES) ouvre ses portes à Las Vegas, 11 start-up françaises d'e-santé vont pouvoir briller grâce à leurs "Innovation Awards" décrochés en novembre 2018, à l'issue d'une sélection récompensant les innovations les plus marquantes de cette grand-messe de la tech.

    1 758

    Acteurs

    IA, blockchain, RGPD, Health Data Hub... tout ce qu'il ne fallait pas manquer en 2018

    PARIS (TICpharma) - Boom de l'intelligence artificielle (IA), développement de la blockchain en santé, révolution réglementaire en matière de protection des données, lancement du Health Data Hub... l'essor de l'e-santé s'est poursuivi en 2018, avec de plus en plus d'initiatives de la part des institutionnels, des start-up et des industriels.

    0 807

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    1 + 7 =