L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Etudes

    Cancers métastatiques: les patients qui relèvent leurs symptômes sur internet survivent plus longtemps

    CHICAGO (TICpharma) - Un outil informatique permettant à des patients traités pour un cancer métastatique de rapporter leurs symptômes en temps réel peut apporter des bénéfices majeurs dont une survie plus longue, montre une étude de phase III américaine présentée le 4 juin au congrès de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) qui s'est tenu jusqu'au 6 juin à Chicago, et publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

    Le Dr Fabrice Denis de l'Institut interrégional de cancérologie Jean-Bernard du Mans l'avait déjà montré lors de la précédente édition du congrès de l'ASCO, dans le cas du cancer du poumon avancé, avec l'application Moovcare.

    L'étude présentée dimanche, au cours de la session plénière qui retient seulement 4 études sur les 5.000 présentées lors du congrès car elles sont de nature à changer les pratiques, souligne l'intérêt accru pour les symptômes rapportés par les patients eux-mêmes (PRO pour Patient-Reported Outcomes) en oncologie.

    "Les symptômes sont fréquents en cas de cancers métastatiques, mais ils ne sont souvent pas détectés par les cliniciens avant de devenir sévères ou invalidants", a expliqué le Pr Ethan Basch du Lineberger Comprehensive Cancer Center à Chapel Hill de l'université de Caroline du Nord -mais qui était au Mémorial Sloan-Kettering Cancer Center (MSKCC) à New York quand il a conduit son étude.

    Son équipe a émis l'hypothèse que les symptômes rapportés par les patients par internet conduiraient les cliniciens à intervenir plus tôt, et que cela améliorerait leur pronostic.

    Une fois par semaine, les patients remplissaient un questionnaire pour 12 symptômes (dont la perte d'appétit, la dyspnée, la fatigue, les bouffées de chaleur, les nausées et la douleur) en cochant le degré de sévérité, sur leur ordinateur à domicile ou sur des bornes à l'hôpital, avant et entre les visites à l'hôpital. Ils recevaient un e-mail de rappel toutes les semaines. Les infirmières recevaient des alertes par e-mail en cas de symptômes trop sévères et l'oncologue avait un rapport hebdomadaire au moment de la visite.

    Cet outil a été testé auprès de 766 patients traités au MSKCC pour un cancer métastatique du sein, du poumon, digestif ou gynécologique, dans une étude de phase III financée par l'ASCO et la Conquer Cancer Foundation. La moitié l'a utilisé et l'autre moitié a eu un suivi standard, les patients signalant leurs symptômes lors de la visite ou pouvant téléphoner en cas de problème.

    Par rapport à la prise en charge standard, les patients qui rapportaient leurs symptômes ont bénéficié d'améliorations statistiquement significatives: 31% avaient une meilleure qualité de vie et de meilleures fonctions physiques; ils ont eu 7% de venues en moins aux urgences et leur chimiothérapie a duré en moyenne 2 mois de plus (8,3 mois vs 6,3 mois). Ce bénéfice avait déjà été publié dans le Journal of Clinical Oncology (JCO) en 2016.

    "Et surtout, la médiane de la survie était allongée de 5 mois pour les patients qui utilisaient cet outil, à 31,2 mois versus 26 mois", a souligné le Pr Basch. Il s'agit d'une analyse post hoc. Le risque de décès était réduit de 17% avec le rapport des symptômes, en analyse multivariée.

    A 5 ans, 8% de patients en plus étaient en vie (41% vs 33%).

    Tous les patients inclus dans l'étude, même ceux qui n'étaient pas très habitués à utiliser internet, ont bien rempli régulièrement le questionnaire sur leurs symptômes, a-t-il rapporté. Les infirmières ont déclenché des actions immédiatement pour 77% des alertes (symptômes sévères ou aggravation).

    Le spécialiste a avancé plusieurs explications à ces très bons résultats. D'abord, il est possible qu'une intervention plus rapide des cliniciens pour gérer les symptômes évite des complications plus graves. De plus, un meilleur contrôle des symptômes permet aux patients de garder plus de fonctions physiques et cela est associé à une meilleure survie. En outre, l'amélioration de la gestion des effets secondaires de la chimiothérapie permet aux patients d'en bénéficier plus longtemps.

    L'équipe va maintenant développer des systèmes de nouvelle génération, comme une application pour smartphones et tablettes plus conviviale, et l'outil va être évalué au niveau national, a indiqué le chercheur. Les travaux sur cet outil appelé STAR (Symptom Tracking and Reporting) ont commencé dans les années 2000. C'est une version de recherche qui n'est pas commercialisable.

    "L'intégration des symptômes rapportés par les patients dans les soins des cancers métastatiques est associée à des bénéfices très significatifs. Cette approche mérite d'être incorporée à la gestion standard des symptômes en oncologie", a-t-il conclu.

    "Les technologies connectées ont transformé la communication dans presque tous les aspects de notre vie et, maintenant, elles permettent aux patients de jouer un rôle actif dans leurs soins et d'avoir un accès direct aux professionnels de santé", a commenté Harold Burstein, expert de l'ASCO, lors d'une conférence de presse du congrès.

    "Il est impressionnant de voir qu'une action aussi simple agisse non seulement sur la qualité de vie mais aussi, dans ce cas, sur la survie", a-t-il ajouté. Il a souligné l'importance de pouvoir intervenir au bon moment grâce à des tels outils.

    "Si nous obtenions la même amélioration de la survie avec un médicament, nous nous demanderions comment l'utiliser au plus vite en pratique clinique malgré un prix de centaines ou milliers de dollars. Il paraît nécessaire de voir comment intégrer de tels outils d'e-santé en pratique, de voir quelle équipe mettre en place pour que cela fonctionne car il faut des professionnels pour gérer les alertes", a-t-il ajouté.

    (JAMA, Research letter, publication en ligne du 4 juin)

    Sylvie Lapostolle

    À suivre

    Protection des données: la pharma se prépare au nouveau règlement européen

    Solutions

    L'administration des chimiothérapies sécurisée par informatique à Montpellier

    MONTPELLIER (TICpharma) - L'Institut du cancer de Montpellier (ICM) a annoncé dans un communiqué diffusé en juillet la mise en place d'un système informatisé d'aide à l'administration des chimiothérapies, développé en partenariat avec B. Braun, permettant de sécuriser l'intégralité du circuit du médicament.

    0 625

    Etudes

    Des chercheurs font le pari de l'IA pour prédire l'efficacité de l'immunothérapie anticancéreuse

    PARIS (TICpharma) - C'est une première: des chercheurs français ont réussi à entraîner une intelligence artificielle (IA) pour exploiter des images médicales et en extraire des informations biologiques et cliniques destinées à prédire la réponse du patient à l'immunothérapie anticancéreuse, sans pratiquer de biopsie.

    0 426

    Vos réactions

    • U

      Un patient

      En fait il faut lire : lorsque les médecins font leur travail de surveillance, les malades se portent mieux. C'est une découverte INCROYABLE !!!!

      14/06/2017 à 10:38

      Signaler un abus au modérateur

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    4 + 2 =