TIC Pharma

    L’actualité numérique des industries de santé

    Solutions

    Consommation de médicaments: l'outil Eureka Med' (Heva) surfe sur l'open data de l'assurance maladie

    LYON (TICpharma) - La société Heva, spécialisée dans le traitement des données de santé, a officiellement lancé en juillet le site Eureka Med', outil de visualisation des médicaments remboursés, prescrits en ville et à l'hôpital, à partir de données mises à disposition en open data par la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts).

    Tout est parti d'un hackathon organisé par la Cnamts en 2016 sur le thème du "bon usage du médicament". Pour l'occasion et afin de fournir du matériel aux participants du concours de développement informatique, l'assurance maladie a rendu accessible à tous, gratuitement, la base de données Open Medic.

    Cette base rassemble des données extraites par la Cnamts du Système national interrégimes de l'assurance maladie (Sniiram) relatives aux remboursements de médicaments délivrés en pharmacie de ville de 2014 à 2016.

    La société Heva, candidate au hackathon, s'est servie de ces informations pour présenter à la Cnamts le projet Eureka Med', site internet présentant une cartographie dynamique de la consommation de médicaments dans les différentes régions de l'Hexagone.

    "Il faut rendre à César ce qui appartient à César: Eureka Med' profite du mouvement vers l'open data que l'assurance maladie est en train de pousser. Nous avons simplement apporté notre expertise en termes de datavisualisation et de traitements de gros volumes de données pour en faire un outil simplissime à utiliser, pour un coût restant modeste", a expliqué à TICpharma Alexandre Vainchtock, co-fondateur et directeur d'Heva.

    Si le projet a finalement terminé 3ème du hackathon, il a suscité l'intérêt de l'assurance maladie qui a décidé de débloquer un nouveau jeu de données en open data pour répondre aux besoins de développement d'Eureka Med'.

    Il s'agit de la base de données Open PHMEV, publiée en juin dernier sur le site data.gouv.fr, et contenant une information exhaustive sur les prescriptions hospitalières de médicaments délivrées en ville de 2014 à 2016, appauvrie des données pouvant conduire à la réidentification des acteurs concernés.

    "Outils de requêtage"

    On retrouve cette alliance des deux bases, Open Medic et Open PHMEV, sur le site Eureka Med', qui propose deux "outils de requêtage" sur la prescription de médicaments en France.

    Le premier repose sur la base Open Medic et présente une analyse des prestations de remboursement des médicaments délivrés en ville, et l'évolution des montants remboursés sur 3 ans (2014-2016), aux niveaux national et régional.

    Il contient des informations sur l'origine de la prescription (médecins généralistes, spécialistes, salariés d'établissements de soins etc.), la tranche d'âge du patient qui s'est vu prescrire le médicament, son sexe, la classification ATC (Anatomique, thérapeutique et chimique) du médicament, et les taux de prescription du princeps, du générique et du biosimilaire.

    Alexandre Vainchtock a mis en avant l'ergonomie et la simplicité d'utilisation de l'outil qui permet "d'avoir accès en 4 clics à des informations sur un médicament donné, un type de prescripteur, ou sur les différences régionales de prescription". De quoi réaliser facilement un benchmarking des médicaments remboursés en ville.

    Le second outil proposé par Eureka Med' concerne plus particulièrement les prescriptions réalisées à l'hôpital et délivrées en ville (base Open PHMEV) (voir capture d'écran ci-dessous).

    Il vise en particulier des clients du secteur pharmaceutique "qui n'ont jamais pu avoir de données exhaustives sur ces prescriptions, hormis des données issues de panels d'officines", a souligné le directeur d'Heva.

    "Sachant que ces dépenses sont surveillées de près par les autorités de santé, il est très intéressant pour les industriels de savoir, établissement par établissement, le nombre de boîtes prescrites et le montant remboursé", a-t-il ajouté.

    L'ensemble des informations accessibles par abonnement sur Eureka Med' sont exportables au format Excel.

    La seule limite de l'outil réside dans sa restriction aux seules informations rendues disponibles en open data par l'assurance maladie. "On ne peut rien ajouter car nous sommes pieds et poings liés aux données ouvertes par l'assurance maladie. On ne présente aucune donnée médicale sur le type de pathologie concernée", a évoqué Alexandre Vainchtock à titre d'exemple.

    Droit d'entrée et abonnement annuel

    L'accès aux outils de visualisation des prescriptions d'Eureka Med' repose sur un abonnement forfaitaire annuel et le versement, la première année, d'un "droit d'entrée".

    Pour un accès aux données concernant une seule région, l'abonnement annuel est de 2.000 euros, et le droit d'entrée de 4.000 euros hors taxes (HT). Pour l'accès à l'intégralité des données au niveau national, l'abonnement est fixé à 12.000 euros, et le droit d'entrée à 8.000 euros HT.

    Une fois qu'une entité a souscrit un abonnement, elle peut bénéficier de droits d'accès pour un nombre d'utilisateurs illimité en son sein.

    "L'idée est de vendre le produit peu cher en comparaison des prestations offertes par d'autres acteurs, notamment parce qu'il est issu de données disponibles en open data, et de le diffuser largement pour en faire un incontournable pour tous les acteurs de santé, privés ou publics", a défendu Alexandre Vainchtock.

    Eureka Med' s'adresse autant aux autorités de santé, comme les caisses primaires d'assurance maladie (CPAM) ou les agences régionales de santé (ARS), qu'aux industriels de la pharmacie.

    Il est actuellement utilisé par la Cnamts, et un laboratoire pharmaceutique a déjà souscrit à l'offre, a assuré Alexandre Vainchtock. Trois autres ont déjà fait part à Heva de leur intérêt pour l'outil et la société mise sur le bouche à oreille pour multiplier ses clients, a-t-il ajouté.

    Alors que plusieurs observateurs ont pu constater une certaine frilosité des administrations du domaine de la santé à pratiquer l'open data, les initiatives de la Cnamts et la création d'Eureka Med' qui en découle sont un bon exemple des opportunités offertes sur ce secteur par la politique d'ouverture des données publiques.

    Capture d'écran Eureka Med (Heva)

    Comparaison des prescriptions hospitalières de l'anti-TNF Humira (adalimumab, AbbVie) au sein du groupe hospitalier Cochin Saint-Vincent-de-Paul et du CHU de Grenoble (capture d'écran fournie par Heva-chiffres factices)
    Raphael Moreaux

    À suivre

    Accès aux données de santé: un arrêté fixe des critères stricts pour les intermédiaires des industriels

    Politique

    Publication du décret instaurant le système national des données de santé au 1er avril 2017

    PARIS (TICpharma) - Le décret précisant les modalités de mise en œuvre du nouveau système national des données de santé (SNDS) au 1er avril 2017, ainsi que les avis de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) correspondant, ont été publiés au Journal officiel du 28 décembre.

    0143

    Politique

    SNDS: un premier projet de décret fait craindre la persistance d’inégalités public/privé

    PARIS (TICpharma) - Des représentants du think tank Healthcare Data Institute (HDI) ont fait part à TICpharma de leurs inquiétudes concernant l’égalité d’accès aux données après la fuite d’un projet de décret relatif au système national des données de santé (SNDS).

    0163

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    9 + 8 =