TIC Pharma

    L’actualité numérique des industries de santé

    Etudes

    Le grand public prêt à recourir à l'intelligence artificielle pour sa santé (étude PwC)

    PARIS (TICpharma) - Une majorité (55%) de personnes interrogées dans 12 pays se disent prêtes à avoir recours aux technologies robotiques et à l'intelligence artificielle (IA) pour prendre soin de leur santé, selon une étude du cabinet de conseil et d'audit PwC publiée en avril.

    Intitulée "What doctor? Why AI and robotics will define New Health", cette étude a été réalisée fin 2016 auprès de 11.086 personnes en Europe, au Moyen Orient et en Afrique afin de sonder leur perception des apports et des inconvénients de l'IA et des robots en santé.

    Pour PwC, ses enseignements sont clairs: "le public est prêt" et "de plus en plus désireux" de profiter de ces technologies, notamment pour "disposer d'un meilleur accès aux soins" (cité par 36% des répondants).

    Les avantages à chercher du côté de la robotique et de l'informatique portent aussi sur "un diagnostic plus rapide et plus précis" (33% des réponses), de "meilleures recommandations pour le choix d'un traitement" (29%) et sur la possibilité de bénéficier de conseils médicaux à tout instant sur son smartphone, sa tablette ou son ordinateur (29%).

    Les inconvénients d'un recours plus large à ces technologies concernent principalement le manque de confiance en leur capacité à prendre des décisions lors d'un évènement imprévu, par exemple au cours d'une opération chirurgicale ou d'un test médical (cité par 47% des répondants).

    Un problème de confiance à relier en partie à la difficulté de compréhension du fonctionnement de ces technologies est aussi ressentie par 32% des personnes interrogées.

    Ces résultats varient fortement en fonction de la situation économique et sociale des pays où vivent les sondés.

    L'appétence apparaît plus forte dans les pays émergents que dans les pays développés. Les habitants du Nigeria se disent à 94% prêts à profiter de l'IA et de la robotique en santé, comme 85% des Turcs, contre seulement 39% des Anglais, 41% des Allemands ou encore 51% des Belges.

    "Qu'on le veuille ou non, l'IA et la robotique sont l'avenir des soins de santé. L'ambition ultime est l'accès à des soins de qualité à des tarifs abordables permettant ainsi de garantir une meilleure santé pour tous. Intégrer harmonieusement l'IA et la robotique aux systèmes existants, puis créer de nouveaux modèles de soins basés sur ces technologies, peut entraîner des avantages économiques et sociaux considérables", a analysé Loïc Le Claire, avocat associé responsable du secteur pharmacie et santé chez PwC.

    De forts apports perçus dans la surveillance cardiaque

    Dans la suite de son étude, PwC interroge son panel sur les services ou les traitements qui pourraient tirer le plus de bénéfices d'un recours à l'IA et à la robotique.

    La surveillance cardiaque, notamment par la mesure du pouls et de la pression sanguine et l'enregistrement régulier de symptômes, est la plus citée (41% des répondants).

    La formulation de recommandations basées sur les résultats d'un test cardiaque vient en deuxième position (37% des mentions), devant l'accès à des conseils personnalisés pour rester en forme et bonne santé à partir des données du dossier médical (37%) et l'interprétation des résultats d'un test sanguin (32%).

    Des produits de santé aux "solutions médicales"

    Le cabinet de conseil PwC explique cet intérêt grandissant pour l'IA et la robotique en santé par cinq tendances observées à l'échelle mondiale.

    Il cite l'essor du nombre de malades chroniques et le vieillissement des populations qui font porter un risque d'envolée des coûts des systèmes de santé, la volonté de plus en plus forte du grand public à être davantage acteur de sa propre santé, la démocratisation des soins permise par les technologies de l'information et de la communication, et l'explosion du volume de données médicales disponibles.

    PwC se réfère à une étude publiée en 2016 par le cabinet Frost & Sullivan sur la transformation des systèmes de santé à travers les systèmes d'IA. Le cabinet y dresse le constat d'une mutation des prestations de soins sous l'impulsion du développement des nouvelles technologies.

    Jusqu'à la dernière décennie, l'innovation était concentrée sur les produits médicaux "classiques", dont le caractère innovant était historiquement démontré par un ensemble d'études scientifiques. Toujours selon cette analyse, la décennie actuelle serait celle des "plateformes médicales" concentrées sur des données et des résultats évalués en temps réel, à l'aide des objets connectés et des technologies du big data.

    "La prochaine décennie consistera à se tourner vers des solutions médicales -en utilisant l'IA, la robotique et la réalité virtuelle et augmentée- pour fournir des outils intelligents fondés à la fois sur des preuves scientifiques et sur des résultats mesurés en vie réelle", estime PwC. Avec comme ultime débouché l'essor d'une médecine de précision pour "prévenir" et "prédire" la maladie.

    Accéder à l'étude PwC "What doctor? Why AI and robotics define New Health"

    Raphael Moreaux

    À suivre

    Télésuivi: les prix des dispositifs médicaux pourront être modulés en fonction de leur utilisation (décret)

    Acteurs

    Bruno Teboul (Keyrus): "Il faut un plan stratégique européen sur les nouvelles technologies de santé"

    PARIS (TICpharma) - Bruno Teboul, vice-président science et innovation du groupe Keyrus, spécialisé dans le conseil dans le numérique, a souligné dans une interview à TICpharma la nécessité d'un "électrochoc" pour favoriser la recherche et les applications sur les NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives) dans la santé.

    0126

    Innovations

    L'accélérateur d'Ipsen veut s'inscrire dans une stratégie numérique de long terme

    PARIS (TICpharma) – Plus qu'un simple concours organisé sur un week-end, le "Net patient accelerator" d'Ipsen apporte un accompagnement sur la durée à quatre projets de solutions digitales et s'inscrit dans une stratégie numérique, détaillée à TICpharma par ses dirigeants.

    0169

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    5 + 4 =