TIC Pharma

    L’actualité numérique des industries de santé

    Solutions

    Microsoft à l'offensive pour "démocratiser" l'usage de ses technologies en santé

    ISSY-LES-MOULINEAUX (Hauts-de-Seine) (TICpharma) - Le responsable de la division santé de Microsoft France, Antoine Denis, a détaillé dans un entretien à TICpharma l'initiative "Healthcare NExT" lancée par le géant de l'informatique afin de nouer des partenariats de recherche pour "démocratiser" l'usage de l'intelligence artificielle, du big data et du Cloud dans le monde de la santé.

    L'action de Microsoft pour accompagner l'informatisation des acteurs de santé n'est pas nouvelle mais l'annonce, le 16 février dernier, du programme "Healthcare NExT" visant à contribuer à la transformation des systèmes de soins confirme son intention de faire partie des partenaires technologiques privilégiés des industriels et professionnels du secteur.

    Cette annonce officialise la création d'une division santé au sein du programme recherche avancée "NExT" mis en place par Microsoft en 2014.

    "Ce programme se situe après les recherches fondamentales et appliquées, et avant l'industrialisation d'une solution", a indiqué Antoine Denis. Son objectif: nouer des accords partenariaux pour "co-produire" des outils de santé à partir des services technologiques mis à disposition par Microsoft dans le domaine de l'intelligence artificielle et du big data.

    Alors que ce type de démarche se multiplie chez des géants de l'IT comme IBM (plateforme Watson Health) ou Google, qui attirent dans leur giron établissements et industriels de santé, Antoine Denis a mis en avant les particularités du business model de Microsoft. "Nous ne nous rémunérons ni sur la donnée, ni sur un projet global", a-t-il précisé.

    Concrètement, Microsoft peut intervenir sur des problématiques spécifiques de ses partenaires dans le secteur de la santé en mettant à leur disposition un service, un logiciel ou une plateforme de traitement de données, sans pour autant construire l'ensemble de la solution recherchée. "A la fin, c'est toujours la marque de notre partenaire qui est mise en avant. C'est la raison pour laquelle Microsoft n'est pas forcément visible sur ce marché", a expliqué Antoine Denis.

    "Place de marché des algorithmes"

    Plusieurs exemples de plateformes de services intégrées au programme "Healthcare NExT" confirment ce positionnement. C'est le cas de "Virtual Health", une structure logicielle qui propose des API (interfaces de programmation) et des modules informatiques pour développer des outils de partage d'informations entre médecins fonctionnant à partir de la suite Office 365.

    "Du côté de l’analyse des données de santé, Microsoft met à disposition de ses partenaires la suite logicielle Cortana Intelligence, qui contient notamment « une place de marché des algorithmes d’intelligence artificielle nourrie par les différents partenaires de Microsoft", a décrit Antoine Denis.

    Cortana Intelligence a notamment été utilisée par les chercheurs de l'institut Karolinska de l'université de Stockholm afin de développer un outil de détection précoce de la dyslexie qui fonctionne à partir d'une caméra suivant les mouvements de l'œil d'une personne lisant un texte sur ordinateur.

    Les algorithmes d'analyse de Cortana Intelligence ont permis ici de comparer les données recueillies par la caméra avec une base de données décrivant les façons de lire des enfants qui ne présentent pas de troubles de la dyslexie, afin de prononcer un diagnostic.

    Développement du cloud en santé

    Derrière tous ces outils et algorithmes, Microsoft veut accélérer l'utilisation de son cloud Azure dans le domaine de la santé. "Il y a une telle masse d'informations disponibles qu'il y a besoin d'une énorme puissance de calcul et de partage entre différents acteurs. Seul le cloud peut résoudre cette équation afin de permettre une réelle transformation de la médecine", a estimé Antoine Denis.

    Cette puissance de calcul est largement utilisée par l'outil "Inner Eye", développé par le centre de recherche de Microsoft depuis 2011 afin de produire des images en 3D de tumeurs à partir de l'analyse d'images médicales.

    La solution fait appel au deep learning, technique d'apprentissage automatique qui permet à un programme de reconnaître des images ou des sons à partir de l'analyse d'importants volumes de données.

    "Nous allons lancer en juillet, dans le cadre du programme Healthcare NExT, un partenariat avec plusieurs centres d'oncologie dans le monde afin de 'faire avaler' à Inner Eye des milliers d'images au standard DICOM. L'objectif est de permettre aux oncologues d'obtenir, grâce à l'intelligence artificielle, une image 3D d'une tumeur en la détourant sur un seul cliché radiologique", a détaillé Antoine Denis.

    Réalité mixte, séquençage génomique et chatbots

    C'est encore cette technologie du deep learning qui a été utilisée dans un partenariat entre Microsoft et le groupe suisse Novartis pour développer un outil de mesure de l'évolution du handicap lié à la sclérose en plaques en utilisant le système de reconnaissance de mouvements Kinect, initialement commercialisé par Microsoft avec sa console de jeux Xbox.

    En analysant les gestes d'un patient atteint de sclérose en plaques à travers le système Kinect, et en les comparant aux données sur les mouvements de sujets sains, l'outil est capable d'apprécier l'évolution de la pathologie.

    "Ces technologies issues du big data et de l'analyse de données que Microsoft entend démocratiser et industrialiser présentent un potentiel énorme pour accélérer la prévention et la détection des maladies", a souligné Antoine Denis.

    Le recours à la réalité mixte en chirurgie, le séquençage du génome ou le développement de chatbots (agents conversationnels) sont aussi des sujets de recherche et de potentiels partenariats avec des industriels de santé qui intégreront le programme "Healthcare NExT".

    Le premier partenariat à avoir été annoncé par Microsoft dans ce cadre a été signé avec le Centre médical de l'Université de Pittsburgh (UPMC, Pennsylvanie).

    Il consiste à utiliser les capacités de l'intelligence artificielle pour concevoir des solutions qui automatisent certaines procédures, notamment administratives, afin de libérer du temps aux médecins et leur permettre de se concentrer sur leur pratique médicale.

    Raphael Moreaux

    À suivre

    L'incubateur Tech Care Paris dévoile sa nouvelle promotion de start-up dans l'e-santé

    Acteurs

    BeMyApp surfe sur l'essor des hackathons dans la pharma

    PARIS (TICpharma) - Un nombre croissant d'acteurs du secteur pharmaceutique s'adressent à l'agence BeMyApp pour organiser des hackathons, marathons de développement informatique devenus "le bras armé opérationnel de leur transformation digitale", a constaté John Karp, co-fondateur de l'agence, dans un entretien à TICpharma.

    062

    Etudes

    Une étude pointe des lacunes dans les stratégies digitales des laboratoires

    PARIS (TICpharma) - Une étude réalisée par la société de conseil Roland Berger, présentée à la presse le 24 novembre, détaille les lacunes des stratégies digitales de l'industrie pharmaceutique, encore trop souvent focalisées sur la vente et le marketing.

    1106

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    5 + 2 =