TIC Pharma

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Sanofi lance des essais cliniques "numériques"

    PARIS (TICpharma) - Le groupe Sanofi a annoncé le 2 mars dans un communiqué le lancement, en partenariat avec la société californienne Science 37, d'essais cliniques "numériques" permettant de suivre les patients à distance, d'améliorer le recrutement et d'accélérer la conduite de ces études.

    "Prenant appui sur la technologie mobile et les capacités de la télémédecine, cette nouvelle méthode permettra à Sanofi de conduire des essais cliniques 'sans site' ou décentralisés, plus conviviaux car plus faciles d'accès, et affranchis des obstacles les plus fréquents à la participation des patients", explique le groupe.

    Il rappelle que l'une des difficultés associées aux essais cliniques est le recrutement des participants (ce qui allonge la durée des études et leur coût, note-t-on), avec en particulier un problème d'éloignement géographique.

    Plus de 40.000 études cliniques sont actuellement en phase de recrutement aux Etats-Unis mais 80% sont retardées en raison de problèmes de recrutement, selon une étude du Center for Information and Study on Clinical Research Participation (CISCRP) citée par Sanofi. Quelque 87% des patients souhaiteraient participer aux essais mais 70% vivent à plus de 2 heures de route du site d'étude le plus proche.

    La technologie de Science 37, "dématérialisée" et "décentralisée", doit permettre de remédier à ces obstacles.

    "Le recours à des technologies numériques pour rationaliser l'identification des participants, leur recrutement et le maintien de leur participation dans l'étude devrait permettre de réduire d'au moins 30% la durée des essais cliniques types", selon Science 37.

    L'entreprise californienne a développé une méthode qui permet aux patients d'être suivis et de transmettre leurs données aux chercheurs grâce à un smartphone iPhone (Apple) équipé de sa technologie NORA.

    Les participants à l'étude reçoivent un téléphone, un forfait de données mobiles et "tout autre capteur ou dispositif connecté nécessaire à l'essai", ainsi que les médicaments qui font l'objet de l'étude. Ils peuvent communiquer avec le personnel de l'essai à tout moment grâce au téléphone qui leur a été remis, tout en continuant d'être pris en charge par leur médecin traitant.

    Des infirmières mobiles sont également envoyées à leur domicile pour différentes prestations (prises de sang, par exemple). Enfin, des cliniques ou hôpitaux locaux sont recrutés pour les examens radiologiques ou d'autres examens nécessitant un équipement spécialisé.

    Les données des patients sont envoyées de manière sécurisée aux chercheurs, qui peuvent y avoir immédiatement accès. La plateforme peut envoyer des messages de rappel aux patients pour qu'ils prennent leurs médicaments au bon moment et permettre aux chercheurs de savoir si les participants respectent les critères de l'étude.

    Le partenariat entre Sanofi et Science 37 porte sur les Etats-Unis, avec possibilité d'extension à l'échelle internationale.

    Le rapprochement entre les deux entreprises a débuté en octobre 2016, lorsque le fonds de capital-risque de Sanofi, Sanofi-Genzyme BioVentures, a pris une participation minoritaire (non précisée) dans Science 37.

    Guillaume Bietry

    À suivre

    Microsoft à l'offensive pour "démocratiser" l'usage de ses technologies en santé

    http://www.doctors20.com/

    Acteurs

    Takeda s'associe à Koneksa pour intégrer des données en vie réelle à ses essais cliniques

    TOKYO (TICpharma) - Takeda a annoncé le 8 novembre dans un communiqué qu'il allait utiliser des outils d'e-santé afin d'intégrer des données en vie réelle à ses essais cliniques grâce à un partenariat avec la société américaine Koneksa Health.

    0111

    Innovations

    Pharmacovigilance: surveiller les réseaux sociaux pourrait générer des signaux d'alerte précoces

    PARIS (TICpharma) - Plusieurs projets français et européens ont été lancés afin de déterminer comment une surveillance des réseaux sociaux pourrait être utilisée pour améliorer la pharmacovigilance, notamment en générant des signaux d'alerte précoces, a-t-on appris lors d'une séance de l'Académie nationale de pharmacie, mercredi 12 octobre.

    099

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    3 + 5 =